•  

     

     

    Frédéric vient de m'envoyer les photos d'un tableau qu'il vient de faire (qui lui a été commandé) et qui est celui d'un toutou.

     

    Nommé Chiquitina.

     

    Il me montre à son tour la progression de son tableau.

    Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer cette progression.

     

    - Chiquitina -

     

     

    - Chiquitina -

     

     

    - Chiquitina -

     

     

    - Chiquitina -

     

     

    - Chiquitina -

     

     

     

    Et voici le résultat dans un plus beau cadre :

     

     

     

    - Chiquitina -

     

     

     

    Je me suis régalé en suivant cette "fabrication"

     

    et ça me donne des idées !

     

    Merci Fred.

     

     

     

    ***

     

     

     

     


    16 commentaires
  •  

     

    Seriez vous d'accord pour une nouvelle balade ? 

     

    Une façon de s'évader du présent

    et de ses limitations ?

    Pour moi oui  !

    ...

     

    - Une nouvelle balade ? -

     

     

    zut : ma "feuille blanche" est à nouveau couleur anthracite

    une fois reprise sur mon blog. 

     

    J'essaie d'y placer un ciel plein d'un généreux soleil

    pour tenter de l'aigayer.

     

     

    - Une nouvelle balade ? -

     

     

    et une colline facile à gravir

     

     

    - Une nouvelle balade ? -

     

     

    et même une deuxième  :

     

     

    - Une nouvelle balade ? -

     

     

    Ouille !

    Ces montagnes pourraient être bien plus hautes que prévues.

    Il me faut en réduire la taille apparente  d'une façon ou d'une autre.

    Par exemple en y plantant deux ou trois arbres modestes.

     

     

     

    - Une nouvelle balade ? -

     

     

    et sur la deuxième colline, un kiosque, 

    laquelle construction exerce en moi un attrait certain.

     

     

    - Une nouvelle balade ? -

     

     

    Il me faudra un jour grimper jusqu'à lui.

     

     

    - Une nouvelle balade ? -

     

     

    C'est curieux, mais ce paysage se présente à moi comme une des images possibles de ma vie, et suscite en moi une sorte de nostalgie,  tout en me faisant me poser un tas de questions : ma vie fut-elle aussi belle que je l'imaginais ?

     

    Bien des doutes me viennent.

    Et une certitude même : 

    je n'ai pas toujours été à la hauteur !

     

    Ai-je su grimper jusqu'à ce kiosque qui symbolise la paix, la contemplation de la beauté du monde, l'écoute, jamais lassée,  de la mélodie des jours, et de la richesse des rencontres humaines ?  

     

    Tout serait à reprendre, à refaire, mais mieux , bien mieux.

     

    Mais voilà c'est la vie elle-même qui m'a enseigné.

    Et la sagesse est peut-être d'accepter d'avoir été instruit.

    et pas seulement d'accepter, mais d'éprouver une immense gratitude de l'avoir été, car je n'avais aucun titre à être le bénéficiaire d'un si généreux enseignement. 

    La vie est un don absolu.

    Pour chacun de nous sans doute

    mais je l'éprouve d'abord pour moi-même.

     

    Pardon : je vous invitais à une simple balade

    et voilà que je vous fais part de mes... méditations !

     

    Bonne journée à chacun de vous.

     

     

    ***

     


    25 commentaires
  •  

     

     

    Ce matin, à 9 H 17, appel à ma fée

     

    ou à ma sorcière

    mais c'est tout comme.

     

     

    Aussitôt elle est venue, et je lui ai fait part de mon envie de prendre l'air. Je sais, lui ai-je dit, j'ai ici un petit étang, mais j'en voudrais un plus grand. Un petit lac ferait bien mon affaire. 

    OK, me dit-elle, prend un papier blanc. En fait elle voulait dire , je le sais, un de ces petits bouts de contreplaqué que j'ai pré encadrés à ma façon. J'en ai trouvé un de 41 X 34 cm, et elle n'a rien dit.  

     

     

    - Appel à ma fée -

     

     

    C'est donc qu'elle approuvait, car les fées ne disent que des paroles importantes. Et elle m'a donné un pinceau, ce qui est la réplique exacte du balai qu'elle chevauche les jours de sabbat. 

    Et en route pinson !

    A peine l'avais-je pris en main que je m'aperçus qu'une sorte de ciel était apparu sur la surface magique. 

     

     

    - Appel à ma fée -

     

     

    Qu'allait-il advenir maintenant ? 

     

     

    - Appel à ma fée -

     

     

    Deux nuages ???

    Bizarre, bizarre ....

    Voyons la suite.

     

     

    - Appel à ma fée -

     

     

    Ah oui, ce pourrait bien être un petit lac

    et deux ilots ont même émergés à l'avant. 

    Aucun doute, c'est bien un petit lac qui est en train d'apparaitre. 

    Merci ma fée.

    Il est 10 h 36. 

     

     

    - Appel à ma fée -

     

     

    De jeunes arbres se développent maintenant.

    Je piaffe d'impatience en attendant la suite. 

    Mais elle me dit :

    il faut que j'aille pisser.

    Quand elle est revenue, elle a ajouté : c'est tout pour maintenant. On reprendra plus tard.  Et elle a disparu. 

     

    Il était 11 H 20.

    Moi je suis parti m'éplucher des patates.

     

    A 14  H 25 elle est revenue.

    Et vole le pinceau ! 

     

     

     

    - Appel à ma fée -

     

     

    Ah .....  l'éclairage laisse à désirer.

     

     

    - Appel à ma fée -

     

     

    Voyons si au soleil les couleurs apparaissent mieux.

    Ouais, enfin disons moins mal.

     

    Je fais remarquer à ma fée que les tons sont un peu tristounets, et presque déjà automnals. Mais me fait-elle remarquer à son tour, l'été est presque terminé. N'empêche, j'aimerais des couleurs plus vives. Et on pourrait aller plus loin, se dépayser un peu.

    Car ces d'étangs (tels que celui-ci, ou de mini lacs) sont nombreux dans le Gâtinais sud, ce en quoi il ressemble déjà à la Sologne.

     

    D'accord fut la fée : la prochaine fois nous ferons dans l'exotique !

     

    Il est maintenant 15 H 39.

    Il serait temps que je fasse autre chose !

     

    Bisous à ceux qui m'ont suivi.

    Et j'ajoute (tard le soir) bonne semaine.

     

     

     

     

     

    ***


    22 commentaires
  •  

     

     

     

    Frédéric vient de m'envoyer une peinture qu'il a faite  il y a quelques années ( en 2005 ? si 05 signifie 2005), tableau que j'avais certainement vu mais que j'avais oublié. 

    Mais l'avais-je vraiment oublié ?

    Ou était-il resté dans un repli de mon inconscient ? Car il y a vraiment une parenté entre ces deux images.

    Voici le tableau de Frédéric :

     

     

    - L'oiseau bleu de Frédéric -

     

     

    Le petit à gauche est cette fois un enfant-oiseau, mais ce qui est curieux, c'est que je l'ai d'abord identifié comme étant un poisson !

    En scotomisant complètement la tête du jeune animal, avec un oeil bien visible, et ses quatre pattes !

    Voici ce que j'ai vu d'emblée :

     

     

    - L'oiseau bleu de Frédéric -

     

    Un poisson dans un mouvement de plongée.

    Les quatre pattes du petit animal dessinant la tête d'un poisson en délimitant son oeil. 

     

    Ce n'est qu'en lisant le texte du message de Fred que j'ai réalisé mon erreur. Mais il est vrai que l'oiseau muni de quatre pattes imaginé là était  assez surprenant lui aussi.

     

    Je m'aperçois aussi da la différence de technique entre ces deux tableaux. Celui de mon fils traduisant une aisance dans le maniement du pinceau, alors que le mien est très "naïf", et laborieux.

     

    Il me reste beaucoup à apprendre !

     

    Merci Frédéric

    et bises à tous.

     

     

     

    ***

     

     

     

     

     


    22 commentaires
  •  

     

     

    Rêve enchanté pour un oiseau bleu.

     

     

    Cette fois je me suis bien amusé, et j'ai fait n'importe quoi !

     

    Voyez plutôt :

     

     

    - Rêve enchanté pour un oiseau bleu -

     

     

     

    Et pourtant...

    même dans la plaisanterie

    je suis encore rejoins par de grandes questions insolubles.

    Ainsi je me suis (encore une fois) demandé ce que pouvait ressentir une femme quand elle réalise qu'en son corps la vie d'un autre être qu'elle peut se former, se développer, pour un jour sortir au grand jour, et s'affirmer comme un être original.

     

     

    - Rêve enchanté pour un oiseau bleu -

     

     

    Comment un être peut-il advenir,

    sortir de l'obscurité de l'inexistence ?

     

    Cette question restera sûrement pour moi à jamais sans réponse.

     

     

    Pour vous un bisou

    en ce premier septembre.

     

     

     

    ***

     


    26 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires