•  

     Hier petite averse de neige

     

     - Cette fois elle est arrivée ! -

     

    neige qui n'a pas tenu

     

     - Cette fois elle est arrivée ! -

     

     

    même si elle s'est épaissie par moments

     

     

     - Cette fois elle est arrivée ! -

     

     

    Mais ce matin ....

     

    AÏE !

     

     

     

     - Cette fois elle est arrivée ! -

     

     

     

    nous sommes passés dans le noir et blanc

     

     

     

     

     - Cette fois elle est arrivée ! -

     

     

     

    il serait peut-être temps de s'allumer un petit feu dans la cheminée  ...

     

    Restez bien au chaud  !

     

     

    ***

     

     

     

     


    24 commentaires
  •  

    La Nature continue de dérouler son spectacle,

    de l'inventer de minute en minute,

    selon ses lois immuables

    ce qui pourtant crée un nouveau sans cesse inédit, bouleversant de beauté.

     

    De mes amis Vosgiens je reçois cette image ...

    presque Sibérienne !

    brrrr ...

     

    - Pouvons-nous devenir le ciel ? -

     

     

     

     

    Nous n'en sommes pas encore là

    mais peu à peu le noir et le blanc reprennent plus de place dans le paysage.

    ,

    Parfois, cependant, le soir, pendant quelques dizaines de minutes,

    éclatent les couleurs chaudes.

     

     

     

     

    - Pouvons-nous devenir le ciel ? -

     

     

     

    Je m'assieds alors

    et contemple

    en silence,

    oubliant qui je suis.

    Je deviens ce que je contemple,

    ma respiration fait entrer en moi cette immensité,

    ou bien c'est moi qui devient elle,  comme le sucre dans un verre d'eau...

    disparait.

     

     

     

    - Pouvons-nous devenir le ciel ? -

     

     

    Parfois

    très haut dans le ciel

    un oiseau rapace, un milan peut-être, fait de grands cercles.

     

     

    - Pouvons-nous devenir le ciel ? -

     

     

     

    Que vois-tu de là haut, oiseau ? 

    Tout de même pas de petites proies au sol...

    la lumière est sans doute bien trop faible pour que tu les distingues.

    Alors fais-tu comme moi, engrangeant en toi la beauté du jour,

    dans la joie d'être vivant, tout simplement

    ???

     

     

    Mais ton vol circulaire se déplace, tu disparais à ton tour,

    et je me retrouve  à nouveau comme happé  dans la résille des branches,

    grand vitrail de la nature.

     

     

    - Pouvons-nous devenir le ciel ? -

     

     

     

    Le froid se rappelle à moi,

    me ramène à ma petite réalité.

    Le soleil continue sa plongée derrière l'horizon,

     

     

    - Pouvons-nous devenir le ciel ? -

     

     

     

    Je dois rentrer

    mais que cet instant fut précieux,

    instant  où éclate l'évidence de notre unité avec le monde.

     

     

    ***

     

     

     


    24 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    Bonjour bonjour !

     

     

    L'année a tourné beaucoup de ses pages maintenant

    et au jardin il est temps de rentrer, ramasser, arracher....

     

    Ainsi mes haricots préférés, les haricots d'Espagne, ont dû admettre 

    qu'ils devaient laisser jaunir leurs feuilles :

    leur temps ici est terminé.

     

    En fait ce sont des plantes africaines, vivaces en climats chauds, où elles ont un développement considérable qui n'a pas de limites précises dans le temps. Il en est de même pour les tomates. Ici en Europe, il en va tout autrement. Leur croissance n'est assurée que pendant un très court laps de temps.

    J'aime les grandes gousses que font ces haricots, qui sont appelés curieusement haricots fleurs, ce qui fait que personne n'ose les manger ! Ces haricots, remarquablement gros, sont pourtant délicieux, avec une saveur de châtaigne que j'adore.

    Certes les cosses ne peuvent être mangées que très jeunes (comme des haricots verts) car très vite apparait dans leur chair une sorte de feutrage cellulosique tellement solide qu'il n'est plus question d'y mettre la dent !

    Mais les grains, mes amis, c'est un délice !

     

    Regardez : 

    à gauche, ce sont des cosses mûres, nous verrons tout à l'heure ce qu'elles contiennent.

     

     

     

     

     

    - La fin des haricots -

     

     

    A droite les cosses sont encore vertes

    et les grosses graines qu'elles contiennent sont encore immatures.

     

     

    - La fin des haricots -

     

     

    Les plus jeunes de ces graines  sont vivement colorées d'un beau rose-mauve !

    Elles sont particulièrement tendres.

     

     

    - La fin des haricots -

     

     

    Mais toutes les graines immatures sont délicieuses.

    J'en soupçonne quelques unes d'être des hybrides avec des haricots d' Espagne de couleur café au lait, variété que je n'ai pas conservée, car ses fleurs ne sont pas  rouges orangées comme celles de la variété à grains violets.

    Ces graines étant immatures ne vont pas pouvoir se conserver, 

     

     

     

     

     

    - La fin des haricots -

     

     

     

    il va donc falloir les manger "en grains frais ", et comme j'en ai trop (1 K 5 environ)

    je les ai fait toutes cuire  et je vais les conserver au congélateur.

     

     

     

    - La fin des haricots -

     

     

     

    Dans les gousses mûres les graines ont atteint leur maturité

    ( à nouveau environ 1 K 5 )

     

    - La fin des haricots -

     

    et vont pouvoir être conservées en grains secs.

    C'est parmi eux que je choisirai au printemps prochain

    ceux qui reprendront le flambeau de la vie.

     

     

     

     

    Voilà, c'était un petit aspect de l'automne à la campagne.

     

     

     

    Les routes en fin de journée déroulent maintenant souvent leur ruban sous un ciel dramatique.

     

    - La fin des haricots -

     

     

    Des couleurs  osent parfois se montrer le soir...

     

     

    - La fin des haricots -

     

     

    C'est le reflux de la lumière.

    C'est le temps de l'intériorité.

     

     

    Pour terminer, voici les deux dernières petites fleurs de l'opulent buisson du dahlia. 

    Le gel l'avait brutalement massacré, mais ces deux petites fleurs , qui étaient invisibles car comme englouties dans l'abondance du feuillage, ont de ce fait presque échappé au gel

    et peuvent ainsi me tenir compagnie pour encore quelques jours.

     

     

    - La fin des haricots -

     

     

     

     

     

    Bonne fin novembre pour vous tous.

     

     

    ***

     

     

     

     


    17 commentaires
  •  

     

     

    Le BRF c'est quoi ?

     

     

     

    Voici quelques jours  j'utilisais ce terme de B R F

    dans une réponse à notre amie Mari jo, et sans prendre le temps de traduire. 

    Mari jo me demande de l'expliciter.

    Merci beaucoup pour ta curiosité, Mari jo, et pour ta lecture attentive.

    Je t'ai répondu, mais je ne vois rien apparaitre alors j'ai dû faire une mauvaise manoeuvre,

    aussi, plutôt que de refaire ma réponse pour toi seule, je la fais dans un petit article

    que chacun pourra lire.

     

    B R F 

    signifie " Bois Raméal Fragmenté ".

     

    Fabriquer du BRF consiste à prendre des jeunes branches d'arbres 

    ( des " rameaux " )

    et à les broyer finement dans un appareil ad hoc. 

    Il en existe maintenant de nombreux modèles : plus ils sont puissants, plus ils sont intéressants, mais évidemment plus ils sont chers.

    J'en ai acquis récemment un plus fort que mon précédent , lequel ne convenait plus vu la masse des branches dont je dispose maintenant

    et que je me suis mis en tête de transformer en BRF.

     

    Il me fait penser à un jeune vélociraptor !

     

    Le voici :

     

    - Le BRF c'est quoi ? -

     

     

    Quel est donc l'intérêt du BRF ?

    C'est de ne plus brûler (donc détruire) cette matière végétale surabondante

    qui est anéantie chaque jour sur toute la terre

    mais de la transformer en un super engrais naturel

    ce qui non seulement  nous évitera d'acheter des engrais chimiques

    et donc d'enrichir toujours plus les firmes genre Monsento

    qui nous empoisonnent  sans scrupules  avec toujours plus d'engrais et pesticides, 

    mais ce qui surtout va nous permettre de faire naître une nouvelle agriculture !

    Un jour viendra où cette nouvelle agriculture remplacera l'ancienne

    quand la nocivité de celle-ci,  destructrice de vie, sera reconnue officiellement.

     

     

    Savez-vous d'où vient celle qui triomphe encore de par le monde ? 

    De la dernière guerre.

    Des stocks phénoménaux  d'explosifs, de gaz de combat, de poisons pour les chambres à gaz, étaient accumulés. Qu'allait-on en faire ? Les détruire ? Quel désastre financier ! Il fallait trouver un moyen de recycler tout ça et d'en tirer profit. 

    Ce fut fait grâce à l'agriculture. 

     

    On n'allait plus pouvoir tuer des humains ?

    Et bien on allait tuer des insectes, des virus, des microbes !

    Et on allait nourrir les plantes avec des granulés chimiques !

    Ce sont les mêmes molécules, à peine modifiées, qui ont été utilisées.

     

    Et ça a d'abord merveilleusement marché. 

    Maintenant les premières "factures" commencent à apparaitre. 

    Elles sont de plus en plus lourdes, et dans plusieurs domaines. 

     

    L'une des catastrophes en voie d'accomplissement est la mort des sols agricoles. 

     


    Normalement , dans un sol  non agressé par la chimie, une multitude de petits êtres vivent. Le plus connu est le ver de terre, mais il y a une multitude d'autres espèces, visibles ou microscopiques, et tous ces petits êtres que nous méprisons (quelle sottise !) "travaillent" le sol, et ce en permanence et préparent les aliments qui sont nécessaires aux plantes. Or les produits chimiques les tuent tous ! Encore quelques dizaines d'années et la stérilisation des sols soumis à ce régime sera un fait accompli.

    Ce jour là les hommes aussi seront devenus stériles et la santé de nos corps un assez vague souvenir. La raison en est que la vie dans le sol est aussi essentielle à notre vie que le bon état de notre microbiote intestinal. Notre solidarité est totale.

    Pas besoin d'une météorite, ni d'une guerre atomique, pour faire disparaitre l'humanité. 

    Continuons de tuer tout ce qui bouge autour de nous

    et ça sera fait pour nous aussi. 

     

    Mais il faut que je m'arrête , sinon je vais vous en écrire 100 pages ! 

     

    Disons seulement que le B R F  est un des outils

    qui vont nous aider à stopper cette course à l'abîme.

    J'en fabrique des quantités maintenant importantes

    depuis que j'ai cet appareil plus performant.

     

     

    - Le BRF c'est quoi ? -

     

     

    et le tas grossit vite

     

     

    - Le BRF c'est quoi ? -

     

    Que vais-je en faire ?

     

     

    Tout simplement l'étaler à la surface des zones que je cultive.

     

    Je commence à peine à l'installer.

     

    - Le BRF c'est quoi ? -

     

     

    Cela reproduit fidèlement ce qui se passe en forêt : les feuilles mortes et les branches mortes  s'accumulent simplement sur le sol ....  se constitue alors une épaisse couche d'humus, moyennant quoi, sans avoir recours à une quelconque industrie chimique, les arbres grandissent depuis des millions d'années, s'élevant à 20, à 40 mètres au dessus du sol, et certains à plus de 100 mètres !

    Vous connaissez la gelée royale. 

    C'est une nourriture qui, si elle est donnée en permanence à une larve d'abeille, la transforme en reine ! 

    Et bien le BRF (et autres matériaux équivalents que nous utilisons maintenant en permaculture) , le BRF dis-je, est une gelée royale pour les plantes qui poussent alors avec une incroyable vigueur, et dont la santé est tellement assurée que plus aucun "traitement " n'est nécessaire, tout simplement parce que les plantes ne sont plus malades. 

    Et je suis persuadé qu'il en serait de même pour les humains si  ...

    mais c'est une autre histoire !

    Il vaut mieux que je m'arrête tout de suite.

     

    Bonne journée pour vous tous.

     

    ***

     

    Note :

    si vous déposez votre marc de café autour d'une plante

    que vous cultivez chez vous dans un pot ... 

    c'est ce que vous faites, et je vous dis bravo !

    Pensez-y quand vous jetez des déchets de légumes,

    des branches de vos arbres, des feuilles mortes...

    c'est de l'or que vous jetez.

     

     

    ***

     

     

     


    24 commentaires
  •  

     

     

    Il fallait bien que ça arrive !

    Ce matin  (mardi 7 novembre) : moins deux degrés.

     

    - Premier coup fe froid sur le jardin -

     

     

    Le cyprès chauve a beau s'être vêtu de queues d'écureuil ...

    tout à terre est givré.

     

    Ce qui n'est pas sans charme.

     

     

    - Premier coup fe froid sur le jardin -

     

    pour les zinnias

    aussi pour les dahlias :

     

    - Premier coup fe froid sur le jardin -

     

     

    C'est vrai aussi pour le feuillage du pied d'oca

    dont le feuillage est rigidifié. 

     

     

    - Premier coup fe froid sur le jardin -

     

    Mais quand deux heures plus tard le soleil est venu le réchauffer...

    il s'est affaissé, totalement cuit. 

    Fin de parcours.

    Alors je l'ai arraché, et voyez la belle surprise :

     

     

     

    - Premier coup fe froid sur le jardin -

     

     

    Récolte : 1.230 grammes.

     

     

    - Premier coup fe froid sur le jardin -

     

     

    Pour ce seul et unique pied.

    J'ai même retrouvé le tubercule mère, lui aussi unique,

    et je me suis plu à le placer  entouré de sa nombreuse progéniture !

     

     

    - Premier coup fe froid sur le jardin -

     

     

     

    Se sont-ils dit quelque chose ? 

     

     

    - Premier coup fe froid sur le jardin -

     

    Il m'a semblé que oui.

    Il ne reste plus qu'à les goûter. 

    J'en ai croqué un petit, tout cru : délicieux

    et pas acide du tout bien que ce soit un oxalis.

     

    Il y a 3000 ans les amérindiens cultivaient activement cette plante, et depuis bien longtemps.

    Décidément ces peuples nous ont beaucoup donné. 

    Comment les avons nous remerciés ? 

    Je n'ose pas y penser.

     

    Bonne semaine à tous.

     

     

    ***

     

     

     


    16 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires