•  

     

    Dans quelques jours l'automne.

    Nous avons eu si chaud et si longtemps

    que nous avions l'impression qu'il ne viendrait jamais.

    Et en de brefs instants, ici ou là, on pourrait se croire  encore en plein été

    ou même au printemps.

    Mais ce sont des étincelles de Yang dans une marée montante de Yin.

    Ainsi regardez cette tendre fleur femelle d'un potimarron. 

    Serions nous encore au mois de mai ? 

    Quel optimisme !

     

     

    - Nouvelles de mon jardin à la veille de l'automne -

     

     

    Cette image est trompeuse.

    Elle surmonte un champ de ruines.

     

    Ces pauvres plantes tropicales

    que nous avons importées chez nous

    mais qui ne sont pas faites pour les cruels frimas

    vont passer d'un seul coup de la vie au trépas.

     

     

    - Nouvelles de mon jardin à la veille de l'automne -

     

     

    Fini le rêve.

    Il faut tout arracher.

    Et rentrer au sec ce qui pourra être conservé pour l'hiver.

     

     

     

    - Nouvelles de mon jardin à la veille de l'automne -

     

     

     

    Je vais mettre de côté les plus belles courges " butternuts "

     

     

    - Nouvelles de mon jardin à la veille de l'automne -

     

     

     

    Sur place resteront les lianes coupées en morceaux.

     

     

    - Nouvelles de mon jardin à la veille de l'automne -

     

     

     

    Je vais les recouvrir de matières vertes et fraîches : herbes coupées,

    puis de matières brunes et sèches, feuilles mortes, débris de branches,

    ce qui va réaliser un apport d'azote et de carbone selon la loi de la nature,

    puis une nouvelle couche de terre, apportant elle les éléments minéraux.

    C'est cet empilement "en lasagne" qui va créer un sol excellent,

    meuble et riche, sans le moindre apport d'engrais chimique,

    où la vie du sol, nourrie et sauvegardée (pas de pesticides, pas de bêchage)

     va réellement exploser, préparant l'or de l'humus pour les cultures en 2018.

     

     

     

    La plupart des pieds de tomates ont disparu de la même façon.

    Il en reste encore quelques-uns

    à supprimer eux aussi.

     

    - Nouvelles de mon jardin à la veille de l'automne -

     

     

    Toutes mes pommes de terre ont été récoltées,

    les dernières  ont été les violettes : les " Vitelottes ",

    mais hélas a eu lieu une brutale attaque de mildiou, provoqué par des pluies trop fréquentes,

     qui m'a fait craindre pour la conservation d'une partie des tubercules.

    J'ai essayé de cuire à la vapeur ces tubercules les plus menacés

    et je vais tenter de garder ces PDT cuites (et coupées) au congélateur. 

     

     

    - Nouvelles de mon jardin à la veille de l'automne -

     

     

     

    Ces PDT peuvent paraitre étranges. 

    Et pourtant ce sont des reines.

    Certes pas des reines gastronomiques selon notre goût actuel,

     que ce soit pour faire une onctueuse purée 

    ou des pommes rissolées  avec des petits oignons.

    Mais ce sont d'incomparables championnes pour leur richesse en anti-oxydants.

    Je sais, c'est un mot tellement à la mode qu'il en devient suspect.

    Mais c'est une réalité.

    Depuis très peu d'années on a fait des progrès considérables dans la compréhension

     des processus de vieillissement

     des maladies dégénératives

    de la cancérisation des cellules :

    tous ces processus, apparemment distincts, sont en fait intimement liés. 

    Le "stress oxydatif " est une des clés pour comprendre l'ensemble de tous ces phénomènes.

    Et on pourrait même dire ... pour toutes les maladies !

     

    Je ne vais pas développer.

    Mais le rôle protecteur des " anti-oxydants " est considérable.

    Or les légumes colorés sont parmi les plus riches en ces produits salvateurs. 

    Myrtilles, cassis, tomates, carottes, poivrons rouges...

     Mettez donc de la couleur dans vos assiettes !

    Des couleurs naturelles bien sûr.

    Alors ...

    pourquoi pas des Vitelottes ? 

     

     

    *

     

    Tous les légumes sont-ils rentrés ?

    La vie végétale a-t-elle disparu des jardins ? 

    Que non !

    Laitues, scaroles...   abondent.

    La doucette va bientôt arriver à maturité

    et prolonger sa production jusqu'au printemps. 

    Les choux pommés et de Bruxelles vont gonfler leurs gros ou petits ventres. 

     

     

    *

     

    Et puis des surprises aussi  se dévoilent.

    A l'automne dernier, Mari Jo m'avait envoyé des semences de chardon Marie.

    Encore merci à toi Mari Jo !

    Je les avais semées aussitôt dans la véranda, pensant bien faire. 

    Quelques-unes avaient levé, mais c'est de justesse que deux pieds  avaient pu être replantés dans le terrain. Croissance limitée, apparition de deux fleurs chétives, puis mort des deux pieds. J'ai pensé que cet échec était la preuve que cette plante du midi ne pourrait certainement pas s'acclimater dans mon terrain trop nordique. 

     

    Or voici ce que je viens de découvrir dans l'ile jardin

    où mes deux petits chardons-Marie avaient accompli leur bref parcours de vie. 

     

    Un petit pied  bien reconnaissable aux limbes marbrés de ses feuilles. 

     

     

    - Nouvelles de mon jardin à la veille de l'automne -

     

     

    On croirait un étrange papillon  qui vient de se poser là... 

    J'étais ravi en le voyant, absolument ravi, car je ne m'attendais pas à cette résurrection !

    Cela signifie que ces 2 chétives fleurs avaient accompli parfaitement leur rôle :

    former des graines pour la poursuite de leur vie : admirable réussite ! 

    Tout autour de ce magnifique bébé chardon-Marie

    j'en ai aperçu une douzaine d'autres. 

    Regardez sur cette photo d'ailleurs.

    En dessous du beau papillon !

    Un tout petit plant.

     

    - Nouvelles de mon jardin à la veille de l'automne -

     

     

    On devine déjà la marbrure du limbe des deux premières feuilles.

    Que signifie cette levée de plusieurs plants ?

    Que des semences sont tombées sur le sol et que malgré le paillage épais

    elles ont trouvé le chemin pour un enracinement. 

    Bravo la vie !!!!!!!!!!

     

    Voici un autre plant, petit mais déjà bien développé.

     

    On voit bien la différence entre les feuilles "cotylédonaires"

    ( issues des deux cotylédons qui étaient dans la semence )

    et les deux premières vraies feuilles.

     

     

    - Nouvelles de mon jardin à la veille de l'automne -

     

     

    Ah que j'aime ces petites plantes

    qui en fait sont de grands personnages !

    Elles en ont beaucoup à nous apprendre : nous ne sommes qu'au début !

    Seulement au début de notre partenariat avec elles.

     

    Elles possèdent la puissance, l'intelligence, 

    la clé de tous les secrets.

    Ah nous de comprendre leur langage.

     

     

    - Nouvelles de mon jardin à la veille de l'automne -

     

     

    Bonne semaine pour vous tous.

     

     

    ***

     

     

     

     

     

     

     


    16 commentaires
  •  

     

    Bonjour !

     

    Une seule photo de mon jardin ce matin. 

    Parmi ces diverses plantes, lesquelles reconnaissez-vous ? 

     

     

    - Photo-test : que voyez-vous ? -

     

     

    Un beau mardi pour vous tous.

     

     

    ***

     

     

     


    24 commentaires
  •  

    Jardiner, c'est une des façons d'aimer la vie.

    C'est donc aimer aussi les voyages.

    Je voyage sans cesse ! 

    Ainsi...

    jeudi dernier je me suis rendu au marché de la petite ville voisine (11km)

    et j'ai acheté six plants de choux de Bruxelles

     

    - Biodiversité : jardiner, c'est aimer la vie -wikipédia

     

    et six plants de choux de Milan

    bien entendu me suis rendu à Milano sur les ailes d'un milan !

     

    - Biodiversité : jardiner, c'est aimer la vie -Wikipédia

     

    Vous ne me croyez pas ?

    Pourtant c'est vrai, regardez plutôt :

    les 12 plants sont bien là, arrivés chez moi ! 

     

    - Biodiversité : jardiner, c'est aimer la vie -

     

    Ils sont beaux, trapus, 

    et quelques heures après ils ont pris place dans une île jardin

    chacun la sienne 

     

    - Biodiversité : jardiner, c'est aimer la vie -

     

    Bruxelles

     

    - Biodiversité : jardiner, c'est aimer la vie -

     

    Milan

     

    Il ne me reste plus qu'à vous les montrer quand ils auront grandi.

    Voici un mois environ j'avais déjà planté 6 Bruxelles

    eux ont déjà bien grandi :

     

    - Biodiversité : jardiner, c'est aimer la vie -

     

    Les petits choux apparaitront à l'aisselle de chaque feuille

    mais on les devine à peine pour l'instant.

     

    - Biodiversité : jardiner, c'est aimer la vie -

     

    J'avais bien 3 beaux choux rouges

    mais ils sont partis pour remercier tous les ouvriers qui sont récemment venus m'aider !

     

    - Biodiversité : jardiner, c'est aimer la vie -

     

    Cependant à l'aisselle des feuilles demeurant sur place

    je vois des petits bourgeons...

    deviendront-ils assez gros pour gagner mon assiette ?

     

    - Biodiversité : jardiner, c'est aimer la vie -

     

     

     

    Une autre façon d'aimer son jardin

    c'est d'être heureux de constater les manifestations de la vie sous toutes ses formes

    même celles qui nous gênent à l'occasion :

    c'est ça la biodiversité.

    Je n'en prendrai qu'un exemple : les limaces.

    Elles ont leur place dans le grand orchestre !

    En voici une qui s'étant délectée d'une feuille de datura

    s'apprête à déguster son dessert : une fleur de datura non encore éclose !

     

    - Biodiversité : jardiner, c'est aimer la vie -

     

    Cette autre se promène parmi des pousses de bryone dioïque

    qui pourraient bien faire aussi son affaire..

    (à gauche des feuilles de courgettes)

     

    - Biodiversité : jardiner, c'est aimer la vie -

     

    Elles adorent aussi les fleurs des courgettes

    mais ne toucheront pas à celle-ci (à droite) une fleur de rose d'Inde.

     

    - Biodiversité : jardiner, c'est aimer la vie -

     

    Et bien j'aime les limaces !

    Elles sont mes amies et je me garderai bien de leur marcher dessus.

     

    - Biodiversité : jardiner, c'est aimer la vie -

     

    Bon, elles aiment aussi les salades

    ainsi celle-ci , abimée, que j'avais rejetée dans la rocaille,

    et qui fait les délices de ce beau gastéropode. 

     

    - Biodiversité : jardiner, c'est aimer la vie -

     

     

    Ce qui ne m'empêche pas de défendre férocement  mes semis ou plantations

    durant toute la période initiale  où le passage d'une limace serait ...

    un danger d'anéantissement !

    Mais quand je mange des pruneaux d'Agen (encore un voyage !)

    et que je jette les noyaux dans la rocaille,  quel plaisir de voir arriver ces petits êtres,

    aussi beaux que des martiens, pour les nettoyer avec ravissement !

     

    Ne tuons pas les limaces (sauf quand c'est nécessaire),

    ne les haïssons pas.

    Haïr met de la tristesse en nos coeurs, 

    et même de la mort : haïr nuit à notre santé.

    Si vous voulez vivre longtemps et en bonne santé, aimez !

    Même les limaces,

    même les plantes dites "invasives",

    et les bactéries aussi, sans lesquelles vous ne seriez même pas sur terre.

    La vie est une,

    comme les musiciens d'un grand orchestre.

    Détruire une espèce, c'est scier la branche sur laquelle nous sommes perchés.

     

    Et sur cette lancée, qu'il est navrant de constater

    l'incommensurable stupidité de nos ministres de la santé

    qui prétendent imposer 11 vaccins pour soi-disant éradiquer toutes les maladies.

    Est-il possible d'être bête à ce point ? 

    Bête et criminel !

    Car c'est à des nourrissons, immatures, fragiles, que l'on veut faire ces onze vaccins ! 

     

    Vous savez ce qu'est un viol au sens courant du terme :

    pénétrer de force dans la partie la plus intime d'un être.

     

    Et bien c'est un viol légalisé que l'on veut nous imposer en la personne de nos enfants !

    Un viol biologique.

    Aux conséquences incalculables. 

    Et les parents qui s'y opposeront sont menacés de prison.

     

    Pouvions-nous imaginer une telle aberration ? 

    Mais où vivons-nous donc ? Dans quelle nation ? 

    En Corée du Nord, gouvernée par un fou furieux ? 

     

    Pardon de terminer par cette note sinistre.

    Mais si nous nous laissons faire, alors nous allons laisser advenir un scandale sanitaire auprès duquel ceux du médiator, de l'amiante, du sang contaminé, et d'une bonne centaine d'autres, ne seront que broutilles.

     

    Qu'il est triste de penser ces choses.

     

    Alors vive les limaces

    et mon jardin. 

     

    ***

     

     

     

     


    16 commentaires
  •  

    Nous étions un groupe d'amis.

    Famille ? Peut-être.

    Dans un pays étranger.

    Nous entreprenions une balade

    sur une sorte d'immense colline faite de sable.

    A la différence d'une dune, qui présente des arêtes, des versants opposés,

    cette colline, faite d'un sable fin, était parfaitement arrondie.

    Nous la gravissions sans aucun effort.

    L'air était léger, empli de lumière et de bonheur.

    Les pentes de cette immense colline rejoignaient l'horizon

    sans que l'on puisse distinguer quoi que ce soit dans une sorte de brouillard lumineux.

    Nous ressentions une seule chose : nous étions très haut au-dessus de cet horizon,

    et dans une sorte de béatitude partagée par nous tous.

    Quelques-uns formèrent une ronde,

    se tenant par la main.

    Presque tous se joignirent à cette ronde .

    Je ne la rejoignis pas, ainsi qu'un petit nombre d'entre-nous.

     

    ................................................

     

    Tout était joie et ravissement.

     

    ................................................

     

    C'est alors que la pluie se mit à tomber...

    Une pluie si fine et si légère, si agréable, qu'elle ne nous mouillait pas

    ne faisant d'abord qu'ajouter  à la perfection de ces instants.

    Elle ruisselait gaiement le long de nos corps, 

    et bientôt sur le sable lui-même.

    Quand il fut imbibé d'eau

    de petits ruisseaux s'y formèrent,

    se transformant rapidement en une multitude de minuscules torrents.

    Et la pluie, fine et douce, se poursuivait, s'intensifiait même.

    A un point tel qu'on ne voyait plus le ciel

    mais seulement le rideau de pluie.

    La ronde des joyeux danseurs disparut elle-même.

    L'idée me vint qu'il serait mieux de la rejoindre et de se tenir tous par la main

    afin de ne pas être perdu dans un monde sans limite ni repère.

    Mais pas sûr que cela soit encore possible.

    Que devenait la ronde elle-même ?

    ..................

    Cette fois le sable lui-même se mit à  bouger sous mes pieds,

     commençant à descendre le long de la pente,

    m'entrainant dans sa descente.

    Descente vers où ?

    Vers une zone où il y aurait bientôt plus d'eau que de sable !

    Une zone d'angoisse absolue.

    ...................

     

    Une seule chose  à faire : 

    me réveiller.

    Ce que je fis aussitôt. 

    A la différence d'un cauchemar je n'éprouvais aucune angoisse

    seulement un vrai sentiment de soulagement :

    ce n'était qu'un rêve.

    Ouf !

     

     

    .........................

     

     

    Toutes mes excuses d'avoir rapporté ce rêve,

    étrange, angoissant, et où il ne se passe presque rien.

    La plupart de mes rêves  sont plus charpentés que celui-ci

    et bien plus agréables, au point que je les attends avec une grande curiosité.

    Mais toutes mes journées se suffiraient pas

    à vous conter mes rêves de la nuit.

     

    Je préfère aller travailler au jardin.

     

    Je vais  vous mettre  quelques photos pour me faire pardonner !

     

    .....................................................

     

    Un coin que je viens de nettoyer de tous les taillis qui l'encombraient et l'obscurcissaient.

     

     

    - C'est alors que la pluie se mit à tomber... -

     

     

    C'est le bord Est de l'étang (vide).

    Je n'ai gardé que les bouleaux.

    Les 2 frêles tiges qui penchent sur la gauche aussi :

     

     

    - C'est alors que la pluie se mit à tomber... -

     

    ce sont 2 petits noyers, j'espère qu'ils vont se fortifier, se redresser,

    et ... dans quelques années ... donner des fruits !

     

     

     

    Dans le même secteur j'ai de nombreuses renouées du Japon,

    ces plantes elles aussi rangées parmi les invasives

    et pourchassées à ce titre

    comme jadis on pourchassait les sorcières.

    Moi je les accueille et les chouchoute comme d'autres recueillent des chats !

    Regardez celle-ci :

     

     

    - C'est alors que la pluie se mit à tomber... -

     

    on croirait qu'elle fait déjà son show d'automne.

    Ah que j'aime le port de ses branches !

     

     

    C'est pourtant vrai, l'été marche vers sa fin.

    Cela se voit dans un autre lieu où les physalis rougissent leurs lampions.

     

     

    - C'est alors que la pluie se mit à tomber... -

     

     

    Comme elle est bonne la petite baie rouge qui se cache dedans !

     

     

    Dans la zone la plus sauvage de la rocaille sont apparues les fleurs des cyclamens.

     

     

    - C'est alors que la pluie se mit à tomber... -

     

     

    On pourrait croire que les fleurs sont prêtes à s'envoler.

     

     

    - C'est alors que la pluie se mit à tomber... -

     

    Sont-elles impatientes ?

    Les feuilles ne semblent pas pressées de les rejoindre.

     

    Mais que de variétés dans les plantes qui nous entourent.

     

     

    ...................................

     

     

    Bon dimanche

    et bonne semaine.

     

     

    ***

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    23 commentaires
  •  

     

     

    à la mi-août....

     

    je ne sais pas vous

    mais pour moi j'ai l'impression que c'est comme le point culminant de l'année.

    Nous sommes montés vers des chaleurs... de plus en plus hautes ... 

    comme ni nous marchions vers un col élevé...

    ça pourrait suffire, non ? 

    Alors  j'imagine que la fraîcheur va revenir... tout doucement,

    et que nous allons redescendre par paliers

    vers les harmonies de l'automne.

     

     

    Pour saluer le retour de la fraîcheur

    et l'encourager à rester désormais avec nous

    j'ai décidé de changer mon fond de blog.

     

    Avec une fleur dont je n'arrive pas à mémoriser le nom.

    C'est une photo prise dans le jardin de Danielle.

    Mais c'est quoi à votre avis ?

     

    -  à la mi août....  -

     

       Si vous ne savez pas, pas grave,

    vous êtes dans le même cas que moi

    et Danielle va nous le dire...

     

     

     

    ***

     

    Une seule petite image du jardin

    pour accompagner ce changement de décor.

    N'ayant plus d'abeilles, il me reste des ruches vides.

    J'en ai pris quelques-unes pour créer 9 jardinières carrées sur ma terrasse.

     

    Ce soir je vous en montre 3.

    Elles semblent sans intérêt

    mais j'espère vous les remontrer plus tard  

    quand des plantes les peupleuront.

     

     

    -  à la mi août....  -

     

    Ces 3 jardinières ne sont pas faites avec des corps de ruche

    (souvent je les ai donnés)...

    mais avec des hausses superposées. 

    Au centre j'essaie un figuier nain ( goutte d'or )

    dont les fruits sont jaunes d'or.

    J'espère que la chaleur du mur lui sera bénéfique.

    J'ai mis dans les coins de ces jardinières des laitues feuilles de chêne à feuilles rouges

    et dans le reste  de la surface quelques graines de navet et de roquette.

     

    donc...

    à suivre.

     

    ***

     

    Le jardinage est une école de patience et de rêve

    avant d'être délice des papilles !

     

    Bonne seconde moitié de l'année, mes amis.

     

     

     

    ***

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique