• - Peux-tu me répéter exactement ses paroles ? -

     

     

     

    C'était  le temps où bien des européens montaient en grand nombre sur des bateaux pour aller en Amérique, avec une simple valise, ou un ballot sur l'épaule, pour y travailler, pour s'y enrichir peut-être, ou tout simplement pour vivre, pour échapper à de stupides mais cruelles persécutions, ou tout simplement pour pouvoir manger. 

    C'est alors que deux jeunes gens montèrent sur ce bateau.

     

     

    - Peux-tu me répéter exactement ses paroles ? -

     

       Ainsi firent-ils connaissance et devinrent amis.

    Tous deux voulaient faire fortune.

    Mais dès qu'ils mirent pied à terre, ils se séparèrent

    et se perdirent de vue.

     

    Souvent ceux qui étaient ainsi partis reprenaient le bateau pour revenir en Europe. Certains d'entre eux parce qu'ils avaient réussi à s'enrichir et qu'ils voulaient revoir leur famille. Parfois avec l'intention de repartir avec un parent. D'autres parce qu'au contraire ils avaient échoué dans leur projet  Ou pour simplement mourir dans leur pays natal. Car la réussite était bien aléatoire.

    Ce jour là, où je vous emmène sur un de ces bateaux du retour, se trouvait un des deux amis, car il n'avait pas réussi et était même devenu encore plus pauvre qu'à son départ d'Europe. Il était très inquiet de la façon dont il allait être accueilli dans sa famille.

    Et voici que, sur le pont du bateau, il se retrouva face à son ami, celui-là même avec lequel il s'était embarqué trois ans auparavant.  Mais celui-ci avait fait fortune et revenait pour aller chercher sa femme et repartir s'installer avec elle à Boston.

    Le voyage , à cette époque, était assez long.

    Or voici que durant cette traversée l'ami riche tomba gravement malade. Et même très malade au point que sa mort devint imminente. Alors il parla ainsi à son ami.

    "  Ecoute, je vais mourir. Or tu es le seul à savoir d'où je viens, où j'allais, et le seul à connaitre Léa, ma femme. Prends ma valise, il y a dix mille dollars dedans. Porte-les à ma femme, et raconte lui ce dont je rêvais pour elle à Boston. Tu es le seul à pouvoir accomplir cette mission, et tu es pauvre. Alors, de tout cet argent, donne ce que tu veux, et garde le reste.  "

    Et ce jour même il mourut.

    De retour au pays, avec la valise, son ami se mit à chercher Léa. Il la chercha longtemps, puis finit par la retrouver. Il lui raconta tout en détails, puis conclut sur ces mots : 

    "  Voilà, ton mari est mort en me disant de t'amener la valise, de te donner ce que je voulais, et de garder le reste. Tiens, je te donne mille dollars. C'est une belle somme, hein, mille dollars !  "

     

    Mais Léa, furieuse, se met à crier :

     

     

    - Peux-tu me répéter exactement ses paroles ? -

     

     

     

    "  Et quoi ? Mille dollars pour moi, et neuf mille dollars pour toi ? Mais c'est moi l'héritière ! Tu n'as pas honte de léser la femme de ton ami ? C'est injuste : c'est à toi de te contenter de mille dollars !

    - Non ce n'est pas injuste ! Je suis fidèle à mon ami puisque je t'ai cherchée et retrouvée. Et je suis fidèle à sa parole puisqu'il m'a dit :    "  Donne ce que tu veux, et garde le reste.  "

    Et ils discutent, et discutent, et n'arrivent pas à se mettre d'accord. Et que fait-on dans ces cas là ? On alla chercher un sage, qui écouta les deux parties, puis demanda à réfléchir.

    Il revint le lendemain et demanda à l'homme : 

    "  Peux-tu me répéter exactement les paroles de ton ami ? 

    - Oui, il m'a dit : " Donne ce que tu veux et garde le reste  "

    Ahah, dit le sage ... : " Donne ce que tu veux et garde le reste  ".

    Mais dis-moi, ce que tu veux maintenant, c'est bien neuf mille dollars, n'est-ce pas ? Alors pour respecter la parole du mort ...

    donne ce que tu veux, et garde le reste. "

     

     

     

     

    ***

     

     

     

     


  • Commentaires

    24
    Samedi 5 Septembre à 14:51

    Bonjour pinson,

    Un p'tit coucou en passant car je pense beaucoup à toi, pour relire ton conte et aussi te souhaiter un bon weekend. 

    Prend bien soin de toi car on tient beaucoup à toi.

    Bises avec toute mon amitié pinson.

     

      • Dimanche 6 Septembre à 09:22

        Réponse à    mari jo21  - - ---

        Merci Mari jo 

        je suis sensible à ce que tu me dis, et bien sûr que cela m'incite à prendre soin de moi !

        bon dimanche et bises à ma jardinière.

    23
    niudra
    Mercredi 2 Septembre à 14:28

    Ah ambiguïté de la langue française. 

    Donne ce que tu veux,  je veux rien...

    Cela arrive souvent dans la vie, on donne ce que l'on a pas toujours ce que l'on veut...ce serait trop facile,

    toutes mes amitiés,

    JPA récupère lentement. 

    Et vous, l'été se termine bien?? 

    Jean-Pierre 

     

     

     

     

     

     

    l

     

      • Mercredi 2 Septembre à 20:02

        Réponse à    niudra  - - ---

        ah s'il avait dit " je veux rien " , la pauvre Léa n'aurait eu rien du tout ! Comme vous dites la langue française est pleine de doubles sens et donc de pièges. 

        Comment je vais ?

        Je ne peux même pas dire comme vous que je récupère lentement.

        En fait je crois que je ne fais aucun progrès, sinon en m'habituant peut-être à mon état diminué.

        Bon mois de septembre, JPA.

    22
    Mardi 1er Septembre à 16:21

    Bonjour pinson,

    Donne ce que tu veux et garde le reste... Ce n'est pas facile de se mettre à sa place. 

    Peut-on dire qu'il est malhonnête ? C'est difficile à dire car car il a recherché et trouvé la femme de son ami et lui a donné une partie de l'argent même si la somme est toute petite. Et puis il aurait pu partir et garder tout pour lui, sans chercher la femme de son ami. 

    Maintenant son ami avait pensait peut-être qu'il aurait donné beaucoup plus car il avait confiance en lui. 

    Il y a aussi qu'il avait honte et ne savait pas comment sa famille allait l’accueillir et tout cet argent est une bonne aubaine. 

    Quand il s'agit d'argent tous les coups sont permis. Mais l'histoire ne nous dit pas comment il a vécu son geste. Peut-être a-t-il eu des remords d'avoir agit ainsi. 

    C'est une belle histoire qui porte beaucoup à réflexion.

    Bises pour toi pinson et je te souhaite une bonne fin de journée.

      • Mardi 1er Septembre à 20:26

        Réponse à    Mari jo 21  - - ---

        Bonsoir Mari jo.

        Oh oui, c'est une situation bien difficile à gérer.

        Et rien ne nous permet de porter un jugement moral sur cet homme.

        Bises pour toi, passe une bonne semaine.

         

    21
    Lundi 31 Août à 16:51

    Le sage est vraiment un sage, hihi, il ne propose rien, c'est donc, au pauvre de réfléchir et d'agir!! C'est un peu comme l'on trouve un porte-feuille garni sur le trottoir!!! que faire?? Porter le tout  à la police ou se servir d'abord ce dont on peut avoir usage?? La conscience, toujours la conscience est en jeu!! Bisous Fan

      • Lundi 31 Août à 20:12

        Réponse à    ISIS  - - ---

        Comme on dit, c'est  " un cas de conscience "

        et qui doit être résolu par une décision personnelle.

        Bonne soirée ISIS.

        Bisous de pinson.

    20
    Lundi 31 Août à 14:01
    Catherine D

    bis: cela me fait penser à une aventure...
    Il y a pas mal d'années, la soeur de mon mari me téléphone, en larmes, (son mari est un gros "con"), leur voiture BMW est gagée, ils vont la perdre, ils sont dans la mouise ... Mon mari à qui pourtant ils en ont fait voir de belles, leur prête de l'argent, une somme conséquente.
    Qu'ils remboursent au bout de 2 ans, avec les intérêts de l'écureuil. Tout va bien.
    Des années après, leur fille a de très gros soucis, ils ne l'aident pas. Elle accepte un don que je lui fais, lui disant que son oncle l'aurait aidée, étant donné qu'il avait prêté  de l'argent à ses parents.

    Un jour cela sort dans leur conversation, et je deviens personna non grata aux yeux de belle soeur et gros"con"...

    Moralité, ne pas tout dire, surtout en matière d'argent...
    Ca fait quand même 12 ans que je suis non grata !

     

      • Lundi 31 Août à 15:24

        Réponse à    Catherine D  - - ---

        Cette fois oui, il y a une "morale" à tirer de ton expérience, ou plutôt une conclusion, et qui est la tienne a postériori : ne pas tout dire, surtout en matière d'argent !  

        Que peut bien représenter "l'argent" pour déclencher de telles réactions ?  Les psychanalystes ont là dessus une idée, mais elle est fort mal reçue, alors mieux vaut la taire ( ce qui est en accord avec la conclusion selon laquelle il vaut mieux se taire que dire tout ce que l'on sait ! ). 

        Il te reste maintenant à te libérer de cette étiquette de "non grata" : le champ de ta liberté s'ouvre sur un autre royaume.

        Bises pour toi, Catherine

        et bonne semaine dans la fraicheur revenue.

    19
    Lundi 31 Août à 13:52
    Catherine D

    Il aurait pu garder tout pour lui et ne rien dire à personne, on n'en aurait rien su... et cette dame non plus !
    quelle est la morale de l'histoire ?
    Belle journée, bises

      • Lundi 31 Août à 15:08

        Réponse à    Catherine D  - - --   - - -- 

        Tu poses la bonne question ! Il me semble qu'il n'y a pas de règle morale possible à tirer de cette histoire, je veux dire pas de règle qui pourrait s'imposer à tout le monde uniformément.  

        Et nous, nous aurions fait quoi à sa place ? 

    18
    lenez o vent
    Lundi 31 Août à 09:18

    Voila, ça se retourne contre lui, il a mérité cela

    Merci, bisous Pinson

      • Lundi 31 Août à 10:24

        Réponse à    lenez o vent  - - -- 

        Mais je le plains, car il s'est trouvé dans une position bien difficile !

        Bonne journée Armelle, et bisous de pinson.

    17
    Danielle
    Dimanche 30 Août à 21:29

    Bonsoir pinson, ah l'impact des mots ! Il est vrai que l'interprétation des paroles peut revêtir plusieurs sens, l'énoncé des mots peut prendre différentes significations. Pourtant ça ne semblait pas être ambigu quand l'ami riche mourant a prononcé ces paroles mais le sage semble penser différemment, il interprète ce qui lui parait plus juste, il décortique le double sens de cette phrase avec finesse. Hum... je me demande si "l'ami pauvre" en est aussi convaincu lui qui a restitué fidèlement les dernières paroles du défunt. On peut comprendre que, poussé par la honte de ne pas avoir réussi,  il souhaite garder une part de cette petite fortune, il aurait pu être bien plus raisonnable. Il aurait pu aussi ne pas rechercher la veuve qui n'en aurait jamais rien su. Il y a quand même de l'honnêteté dans sa démarche mais il se montre trop intéressé, avide et même cupide ! Mais gardons-lui des circonstances atténuantes pour les longues recherches afin de retrouver l'épouse de son ami. Bonne fin de dimanche, même s'il est déjà bien tard. Bisous pinson. Danielle

      • Lundi 31 Août à 10:21

        Réponse à    Danielle  - - -- 

        Et oui, Danielle, cet "ami pauvre" n'est pas malhonnête  mais c'est vrai que de voir cet argent à sa portée et y renoncer devait être pour lui un terrible dilemme, car cette somme aurait bien arrangé ses retrouvailles en famille !

        Alors ça y est, la fraicheur est enfin arrivée ! Quel soulagement !

        Nous allons pouvoir enfin respirer plus librement.

        Bisous de pinson, et bonne semaine Mouette.

    16
    Simone
    Dimanche 30 Août à 20:23

    Pffuitt !!! 1000 dollars....ce n'est plus rien par les temps qui courent. Je préfère qu'il n'ait plus rien, il ne les mérite pas ces dollars.sarcastic

    15
    Dominique PB
    Dimanche 30 Août à 19:50

    Oh flûte, j'ai laissé une faute d'orthographe au début de mon commentaire. Tu aurais le droit de la corriger, au fait?

    Sinon, demain, rentrée des professeurs! Je pense à eux, surtout dans ce contexte qui rend cette rentrée bien difficile. Je pense surtout à Caroline, bien-sûr.... Mais elle est contente de reprendre, en fait, de retrouver sa classe entière, en espérant qu' il n'y aura pas à nouveau une coupure des classes. Pour les enfants, surtout; pour certains, c'est vraiment une coupure, ils sont laissés à eux-même.

                                                                                               Grosses bises,

                                                                                                                                       Dominique PB

      • Lundi 31 Août à 10:15

        Réponse à    Dominique  - - -- 

        Et oui, Domi, le participe passé est passé à la trappe ! Mais non, je ne peux rien corriger ou modifier dans un commentaire, je n'ai que le choix entre faire rentrer le comm, ou pas, et ensuite la possibilité de le supprimer. 

        Oui, pour Caroline (comme pour tous ses élèves) c'est un grand jour. Quelle charge émotive, quelle pression !  C'est ce qui fait la profondeur de ce métier, lui donne son caractère unique.

        Bonne journée ma chérie.

    14
    Dominique PB
    Dimanche 30 Août à 19:31

    L'ami qui est mort avait-il penser au double-sens paradoxal que peut prendre cette tournure ?... On peut se le demander... En tout cas, bravo au sage de l'avoir vu! C'est toujours étonnant ces façons de parler qui peuvent vouloir dire une chose et son contraire. Et moi, qui aime bien jouer, avec le langage, j'aime bien les découvrir. Ca me fait penser ( bien que ce soit différent ) à une petite histoire drôle: On laisse un enfant couper un gâteau, pour le dessert, pour tous les convives. Il le fait mais en coupant une part plus grosse qu'il se prend d'office. Les parents le reprennent et lui disent que ce n'est pas poli de prendre la plus grosse part. Et l'enfant réplique, C'est pourquoi je l'ai fait; comme je sais que vous êtes tous bien polis, je ne voulais pas vous mettre dans l'embarras...

                                                                 Salut vespéral doublement dominical,

                                                                                                                                                        D PB

      • niudra
        Mercredi 2 Septembre à 14:31

        Super le coup du gâteau, je l'ai pratiqué souvent étant petit..

        Amitiés. 

        JPA

         

      • Dimanche 30 Août à 19:44

        Réponse à    Dominique  - - -- 

        Bonsoir ma fille chérie. Et oui ce "sage" joue sur le double sens possible de l'affirmation, et fait son choix.

        Ton enfant coupeur de gâteau a vraiment beaucoup de tact, et un grand esprit de dévouement.

        Un beau salut vespéral pour ce dimanche.

        Merci Domi, bonne nuit et bon 31 août demain.

    13
    Simone
    Dimanche 30 Août à 17:02

    Et il ne lui reste rien...Bien fait ! Ce sage était vraiment sage. Très morale ton histoire Mr K

    Bises

      • Dimanche 30 Août à 19:34

        Réponse à    Simone  - - -- 

        Ah mais toutes les histoires que je raconte sont très morales !

        Et si, il lui reste quand même 1000 dollars... pour ses frais de transport.

        Bises pour toi aussi, et bon 31 du mois d'août demain !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :