• - Reconnaissance manifestée par un chien -

     

     

     

    Puisque nous avons commencé à parler des liens possibles avec les animaux, liens affectifs, mais établissant aussi une vraie communication au niveau de nos consciences respectives,

    poursuivons.

     

    J'ai créé mon cabinet médical en 1954, à Paris,

    dans le quartier de Belleville (XX me arrondissement).

    Je n'avais donc pas, au départ, de "clientèle" (comme on dit)

    et pour travailler un peu plus je me suis inscrit dans plusieurs commissariats du secteur, en précisant que je répondrais à tout appel, y compris la nuit et le dimanche.

    Le succès a dépassé mes espérances !

    Et certains dimanches, j'avais à peine le temps de prendre un repas.

     

    Un dimanche justement je fus appelé (je m'en souviens encore précisément) rue de Ménilmonant, vers le 151, 2me ou 3me étage.

    Tout un groupe familial m'a accueilli, et chacun paraissait inquiet.

    Je fus conduit dans la chambre du malade.

    Et là, j'ai vu, au milieu d'un grand lit...

    un chien de belle taille, un chien loup je pense, qui se tordait de douleurs en poussant des gémissements impressionnants.

    J'ai tout d'abord eu une réaction violemment négative, mécontent d'avoir été trompé de la sorte, disant que j'étais médecin et pas vétérinaire, et je m'apprêtais à partir immédiatement.

    Mais ces gens m'entourèrent et me supplièrent de faire quelque chose, disant qu'ils avaient cherché un grand nombre de fois un vétérinaire, toujours en vain, et qu'ils mettaient en moi leur espoir de soulager cet animal. Je me suis laissé fléchir et j'ai accepté d'essayer.

    Oui, mais que faire ?

     

    J'ai simplement regardé ce chien

    et je me suis dit que si je voyais un homme se tortiller comme ça sur un lit en poussant des gémissements aussi pathétiques, un seul diagnostic me viendrait à l'esprit, et ça sans le moindre examen ni interrogatoire : j'aurais la certitude que cet homme (et oui, c'est pratiquement toujours des hommes qui  réagissent ainsi) fait  ...

    une crise de colique néphrétique.

    Et que je lui ferais immédiatement une injection antalgique puissante.

    C'était un gros chien.

    J'ai donc pensé qu'il lui fallait la dose pour un adulte, et je me suis mis aussitôt en demeure de lui faire cette intramusculaire salvatrice.

    Oh, pas si facile ! J'ai tordu ma première aiguille. Et les suivantes aussi. Impossible de traverser la peau de cet animal. Animal que je faisais sans doute souffrir, mais il ne bronchait pas. A la cinquième tentative (avec ma plus grosse aiguille) j'ai réussi et injecté le produit.

    Quelques minutes après le chien a cessé de geindre,

    et a commencé à se détendre.

    Soulagement de tous les assistants de la scène.

     

    Mais soudain le chien s'est relevé et a bondi sur moi, et je dois dire que, pendant une fraction de seconde, j'ai eu peur !

    Mais non, c'était pour me lécher le visage, les mains, avec une frénésie incroyable ! J'avoue que jamais un patient humain ne m'a témoigné d'une façon aussi exubérante sa reconnaissance (et heureusement !).

     

     

    - Reconnaissance manifestée par un chien -

     

     

    Le lendemain, ces personnes ont vu un vétérinaire qui a confirmé mon diagnostic. Et le toutou  allait bien.

     

    Voilà, cet épisode reste gravé pour toujours dans ma mémoire,

    et dans mon coeur.

     

    J'ai une autre histoire d'animal poilu, si vous la voulez.

     

    à plus.

     

     

     

    - Reconnaissance manifestée par un chien -

     

     

     

     

    *** 

     

     

     


  • Commentaires

    20
    Cathy
    Mercredi 4 Mars à 15:57

    je lis mon retard - très beau - ainsi, le chien était dans le lit !!! moi j'ai soigné le cheval de ma fille, une plaie très peu large en surface, mais très profonde, il avait pris un pieu en bois, pointu et profond dans une patte - il fallait l'attacher, qu'il ne bouche pas - et soigner en profondeur, vous devez le savoir c'est difficile - et ce 4 fois par jour - et je ne suis pas vétérinaire ni médecin - j'avais juste eu un cours de la vétérinaire - de plus moi perso, je ne monte pas, je connais mal les chevaux - mais j'étais la seule disponible, pour éviter, une sur infection - et Killy, cheval à la retraite, vis encore près de nous, libre, en extérieur avec cabane et des amis avec lui - 

    19
    Samedi 15 Février à 21:32

    Je comprends que tu aies gardé souvenir de ce remerciement inattendu et si chaleureux

      • Dimanche 16 Février à 14:04

        -  Réponse   à    -  gazou   - - - 

        c'est vrai, nous avons tous vécu des moments émotionnels très forts

        et il restent gravés en nous, ils sont comme des repères, des pierres blanches dressées sur nos chemins de vie.

        Qui sait,  nous avons peut-être ces jours là franchi à chaque fois une étape qui nous a construit, tel que nous sommes aujourd'hui.

    18
    Samedi 15 Février à 18:38

    Bonsoir pinson,

    Quel merveilleuse et émouvante histoire et de beaux dessins comme à chaque fois. Ces moments-là oui, restent gravés. Les animaux sont reconnaissants du bien qu'on leur fait, ils sont tellement sincères mais un gros chien comme celui de ton histoire, comme toi je n'aurai pas été rassurée en le voyant arriver sur moi. Mais ce sont des moments si agréables.

    J'avais regardé une émission sur les vétérinaires de campagne et c'est l'inverse de toi qui s'était produit. Le vétérinaire avait dit qu'il avait été appelé de toute urgence une nuit et arrivé là, la femme l'avait conduit à la chambre où son mari était très malade. Il avait refusé puis a finit par s'en occuper. Il l'a bien soigné, il a expliqué devant les caméras ce qu'il avait fait mais je ne saurai le redire, le lendemain, quand le médecin est venu, il a pu lui donner ce qu'il fallait. Le vétérinaire a dit avoir gardé des relations avec cet homme. Bah ! Je suis hors sujet.

    Ton histoire est très émouvante. Je reste convaincue que tous les animaux que nous soignons, sauvons sont reconnaissants, il suffit de les comprendre à ce moment-là et ceux qui aiment les animaux le comprennent très bien. Nous en avons sauvé et soigné pas mal et on sentait cette reconnaissance ce merci avant qu'ils ne partent. Pour nous, c'était un pincement au cœur et même au moment où je t'écris, j'ai les larmes aux yeux. Pincement au cœur oui mais quel bonheur de les voir s'envoler ou repartir. 

    Je pense ne pas être la seule à dire oui au prochain animal poilu. 

    J'ai relu le conte de l'homme aux Abeilles mais je n'arrive toujours pas à m'exprimer. La reconnaissance de ce beau chien est pour moi beaucoup plus facile à commenter.

    Merci pinson pour ces beaux partages.

    Bonne soirée et bise à toi pinson.

      • Samedi 15 Février à 20:58

        Oh non, l'homme aux Abeilles n'ai pas du tout loufoque bien au contraire, je trouve qu'il demande beaucoup de réflexions. C'est tout simplement que je n'arrive pas à m'exprimer. S'il était loufoque, je crois qu'il me serait simple de commenter. Il y a certaines choses pour moi qui sont plus faciles à exprimer oralement qu'à l'écrit et là c'est le cas. Mais je garde ton article sous le main car j'espère arriver à le commenter. 

        Bonne soirée pinson. 

        Bise.

      • Samedi 15 Février à 19:30

        -  Réponse   à    -  Mari jo   - - - -

        Bonjour Mari jo

        ah oui, c'est vraiment une histoire semblable mais inversée.

        Il est même possible  que cette situation se produise assez souvent à la campagne. Il me semble avoir pas mal entendu de récits dans ce sens là.

        Nos relations avec les animaux ... pourraient encore évoluer. Sans devenir Végan, il est bon que nous prenions conscience des souffrances qui sont infligées à beaucoup  d'animaux, et qui pourraient leur être épargnées.

        Quant au conte de l'homme aux abeilles, pas grave. Il est vrai qu'il est franchement loufoque !

    17
    Jeudi 13 Février à 10:49

    Wouaouh, une histoire encore magnifique et émouvante!! Les animaux sont tellement plein d'amour et savent si bien le faire savoir!!ils savent le faire savoir à leur manière qui n'est pas toujours comprise, hélas!! je pense que ce chien ne t'as jamais oublié!!! J'avais une amie (Charline) qui habitait à Belleville dans les années 60, cela ne me rajeunit pas!! Bien , j'attends sagement l'autre histoire canine!!Bisous Fan

      • Jeudi 13 Février à 21:02

        -  Réponse   à    -  ISIS  - - - -

        Eh ! J'aurais pu rencontrer Charline !

        Comme le monde est petit.

        Et non, raconter nos souvenirs ne nous rajeunit pas, et même le fait de les raconter,  c'est-à-dire de les faire remonter à notre mémoire et de les revivre pour les faire partager, les range encore plus dans le passé, dans un passé devenu irrécupérable.

        Et c'est un peu vertigineux.. comme si cela nous faisait  refaire le deuil de ce passé, mais cette fois d'une façon définitive.

        Pardon, je sens qu'il y a un peu de nostalgie dans ce que j'écris là.

        Bonne soirée ... ISIS !

         

    16
    lenez o vent
    Jeudi 13 Février à 08:19

    Superbe histoire et beau souvenir pour toi.

    Tes dessins exhalent la tendresse

    chez mes parents, il y eut toujours un chien,

    des souvenirs de chacun d'eux

    que ta journée soit douce

     

      • Jeudi 13 Février à 20:50

        -  Réponse   à    -  lenez o vent  - - - -

        merci Arlette. 

        La journée n'a pas été spécialement douce, si par les températures, mais avec du grand vent, et je reste inquiet pour mes deux  serres.

        Bof, on verra bien.

        Car que peut-on contre le vent ?

        C'est lui qui décide !

    15
    Danielle
    Mercredi 12 Février à 21:24

    Bonsoir pinson, oui les liens affectifs avec les animaux sont possibles, ça ne fait aucun doute et pas seulement avec nos compagnons chiens ou chars, nos animaux "d'intérieur". La plupart des bêtes que l'on dit "sauvages" prouve le contraire. Tu sais que l'on soignait la faune sauvage, les malheureuses victimes d'accidents divers ou (plus terrible encore) de la méchanceté gratuite des humains  (A. surtout car je n'avais pas ses dons impressionnants de "soigneur", j'étais plutôt son assistante sarcastic). Parfois il nous arrivait de sauver des animaux après des soins plus ou moins longs, et ensuite on les relâchait dans un endroit favorable à leur survie, souvent avec un peu d'angoisse, la crainte qu'ils ne s'en sortent pas après la captivité indispensable à leur guérison. Ceux qui étaient en détresse étaient en grande majorité des oiseaux (échassiers, rapaces, palmipèdes, passereaux etc...).Des volières confortables et de dimensions adaptées, le calme pour éviter le stress, une nourriture adaptée, une présence constante mais discrète pour qu'ils conservent leur comportement naturel afin de protéger leur réintégration dans la nature... beaucoup de temps, d'efforts, de contraintes, mais que de satisfactions et de joies. Certains oiseaux qui n'ont pas pu repartir, amputés d'une aile par exemple, ont niché chez nous et à chaque naissance je ne cache pas que nous avons versé des larmes d'émotion. Relâcher les jeunes nés en captivité et les réintroduire dans la nature nous a procuré également beaucoup d'émotion. Nous avons vu parfois ces oiseaux tournoyer au-dessus de nos têtes comme pour un au-revoir reconnaissant avant leur éloignement. Et les nombreux pingouins mazoutés recueillis sur la plage, un nettoyage interminable, plume par plume, des jours entiers, des semaines... beaucoup de victimes mais une vingtaine relâchés au bord de la mer qui hésitaient à partir vers l'eau, nous regardant avec insistance. Ce sont des images que l'on n'oublie jamais, comment décrire ce que l'on ressent dans ces moments là ? Pardon d'avoir été si longue même si j'ai essayé de condenser au maximum, ton article m'a fait revenir pas mal de choses en mémoire... même si la situation actuelle est tellement différente ! Je sais que tu me comprends... et je te souhaite une bonne soirée. Danielle 

      • Jeudi 13 Février à 20:48

        -  Réponse   à    -  Danielle   - - - -

        Bonsoir Mouette. Je sais l'immense travail que toi et A avez accompli pour toutes sortes d'animaux, et cela pendant tant d'années. Tu en aurais des pages et des pages à écrire ! Et même un grand livre, si vous en aviez eu l'occasion. Mais voilà, ceux qui sèment après avoir défriché un terrain ne sont pas toujours ceux qui récoltent ... la célébrité. Votre travail restera à jamais secret. Mais peu importe, vous avez vécu une aventure formidable, et cela remplit votre coeur de souvenirs impérissables.

        Bonne soirée chère Danielle. 

    14
    Jean-Pierre Arduin
    Mercredi 12 Février à 14:09

    La plus belle histoire depuis le début de l'année. 

    TOUS, je dis bien tous les chiens que j'ai eu , à m'occuper, à posséder à avoir m'ont donné de tels témoignage d'affection d'amour et de respect. 

    Mascotte la chienne de ma grand-mère

    Ketty sa dernière

    puis un petit teckel, mort en deux jours, acheté sur les quais,

    puis Violinne une teckel noir et feu

    puis Arsouille le teckel de ma fille, son seul compagnon pendant la leucémie

    puis Poupie ma dernière Jack Rusell.

     

    Je les aime et je les aimerai toujours.

     

    On ne peut pas en dire autant des humains que l'on aime...

     

    Jean-Pierre

     

      • Mercredi 12 Février à 18:28

        -  Réponse   à    -  Jean-Pierre Arduin.  - - - -

        Cette différence que vous faites entre nos relations avec les humains et celles que nous établissons avec des ... chiens particulèrement, mais sans doute beaucoup d'autres animaux, est bien réelle, mais elle pose des questions très profondes. 

        Qu'est-ce qui fait la profondeur d'une relation (d'amour) ? 

        Quelle en est la nature ?

        Une identification ?

        La découverte que nous avons une nature commune ?

        Un même destin ? 

        Mais il est certain que, lorsqu'une relation affective  s'établit avec un animal, elle ne semble pas chargée  de la même ambivalence que celle qui existe (toujours ??) entre deux êtres humains.

        Dites-donc ... on n'a pas fini de cogiter !

        Pinson déplumé.

    13
    Mercredi 12 Février à 11:52
    Catherine D

    Coucou Robert, le comportement des animaux ne cesse de m'étonner..., elle est superbe ton histoire !
    Mon dernier chat squatter qui et resté 2 ans sauvage me manifeste un amour débordant , se roule par terre à mes pieds, et s'est rapproché de moi au point de dormir la nuit blotti contre mon bras gauche, voire contre ma tête. Les autres n'en font pas autant...
    J'attends ton autre histoire avec imaptience.
    Belle journée ensoliellée, bises

      • Mercredi 12 Février à 18:15

        -  Réponse   à    -  Catherine D  - - - -

        Hello toi !

        Nous essayons d'imaginer ce que pourraient être les psychismes des habitants d'une autre planète, et c'est bien de le faire, mais les êtres qui vivent sur notre planète ne sont pas moins mystérieux, et moins dignes d'intérêt.

        Et si en plus nous nouons avec eux des relations affectives, alors c'est super.

        Oui la journée fut ensoleillée.

        Bonne soirée Catherine.

    12
    Simone
    Mercredi 12 Février à 10:08

    Belle histoire Mr K, mais je ne suis pas étonnée. Nous avons pratiquement toujours eu des chiens dans la famille et les coups de langue de remerciement ils en ont tous fait, y compris Oscar le petit dernier, il a en ce moment une infection oculaire et je lui mets des gouttes dans les yeux; quand il me voit prendre le flacon, et même quand je le cache, il le sent, il va se planquer. Mais quand j'ai réussi à l'attraper et lui ai mis les gouttes, il me lèche la main en remerciement, et pour tout ce que je lui donne, il fait ça.C'est un petit chien gentil. Enfin petit !!! il a 17 mois maintenant et c'est un ado avec toutes les propensions à faire des sottises. A l'école des chiens où je l'emmène chaque samedi, il a 3 copains attitrés et cette bande des 4 sème la panique pendant les cours, ils ne pensent qu'à jouer et......ce sont les maîtres qui se font attraper par le moniteur. oops Mais samedi dernier il a changé de classe, et il ne reste plus qu'un copain avec lui et là plus question de rigoler. Si tu les voyais tu rigolerais, ils commencent à filer droit.....

    Bonne journée et....à ta prochaine histoire

      • Mercredi 12 Février à 18:02

        -  Réponse   à    -  Simone  - - - -

        Ah ta position (à l'égard des animaux) n'a pas encore évolué comme la mienne ! Je vois qu'il te faut absolument un gentil toutou pour te sentir suffisamment ... sous pression ? Mettre des gouttes dans les yeux de ce petit diable doit exiger beaucoup d'énergie et de conviction ! Ah comme tu dois être heureuse dans ce genre de duel (à savoir qui imposera à l'autre sa volonté) ...

        En plus il va à l'école ... 

        super !

        Bonne soirée Simone.

    11
    Danielle
    Mercredi 12 Février à 08:08

    Bonjour pinson, quelle belle histoire et quels superbes dessins aussi ! Je me connecte avant de filer en vitesse et ton article arrive pour mon plus grand plaisir. La réaction de ce gros chien que tu as soulagé, aidé, ne m'étonne pas, tu sais de quoi je parle : de notre passé au service des animaux. Ces derniers sont souvent reconnaissants et c'est très touchant de les voir manifester spontanément ce sentiment de gratitude. Les animaux ne jouent pas la comédie, ils sont sincères, vrais ! Bon je dois absolument m'interrompre, je reviendrai mais je voulais te souhaiter une belle journée après cette tempête qui ne vous a pas épargnés (et je sais que ta journée sera agréable). A plus tard pinson. Danielle

      • Mercredi 12 Février à 17:52

        -  Réponse   à    -  Danielle  - - - -

        Bonsoir mouette.

        ça y est, ma fille est venue et à nous deux nous avons à peu près remis en état les deux serres qui avaient été très démolie par la tempête, mais les plastiques qui constituent leur revêtement  sont très abîmés. 

        C'est assez logique  compte tenu du prix bas auquel je les ai acquises.

        Investir dans une serre plus chère ? 

        Est-ce bien raisonnable ? 

        Je vais réfléchir.

        Les animaux ? Oui, ils sont fabuleux !

        Et pourtant je reste sur mes nouvelles positions : ne plus jamais me charger de la responsabilité de l'un d'eux  dont je deviendrais responsable.

        Ce temps là est fini.

        Bonne soirée Danielle

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :