• - Santé Bien être - 18 - La plus grande ferme du monde -

     

     

     

    La plus grande ferme du monde 

     

     

     

    Vous a-t-on proposé à l'école cette expérience ?

    Mettre dans un verre d'eau un peu de foin, un peu d'herbes sèches ramassées sur le sol, attendre un moment, puis placer une goutte de cette eau sous l'objectif d'un microscope ?

    Si oui, avec un peu de chance, et guidé par le maître,

    vous auriez été ébloui par ce que vous auriez vu ! 

     

     

    - Santé Bien être - 18 - La plus grande ferme du monde  -

     

    Des petits êtres étranges se promener tranquillement. Certains étendant des bras  ( on dit des "pseudopodes" ce qui veut dire plutôt des pieds !) pour se déplacer, ou tenter de capturer et ingérer des proies, certains munis de flagelles : petites queues les aidant à se déplacer avec agilité. 

    Si vous aviez vu cela ... 

    vous en auriez été marqué d'étonnement pour votre vie toute entière.

    Ces petits êtres sont des amibes : des êtres formés par une seule cellule : une cellule eucaryote, puisqu'elle possède un noyau, donc des êtres " monocellulaires "  (on les nomme aussi protozoaires, ou protistes). 

    Les descendants de ces petits êtres monocellulaires , du tout début de la vie, sont toujours parmi nous !

    Mais beaucoup de ces cellules se sont rassemblées pour former  des êtres polycellulaires, de bien plus grande taille, de la coccinelle jusqu'à la baleine.

    Ne considérons que l'être humain.

    Savez-vous de combien de cellules notre corps est constitué ?

     

     

    De dix mille milliards de cellules.

     

    Environ !

    C'est très difficile à compter, si bien qu'on avance souvent des chiffres très supérieurs. N'ergotons pas et restons à dix mille milliards.

    Cette incroyable communauté de cellules constitue notre corps, le vôtre, le mien.

    Avouez qu'il y a là un bien grand mystère. Mais ce n'est pas sur lui que je veux réfléchir aujourd'hui. Je suis moi, vous êtes vous. Gardons ce fait comme une certitude : chacun de nous est UNE personne, un être unique. Et essayons d'oublier, si nous le pouvons, que nous sommes formés de 10.000.000.000.000 de cellules. Comptons-nous pour un, une personne.

    Sommes-nous seuls ?

    Non si nous vivons dans une ville, un village, ou en famille : dans ce cas nous ne sommes pas seuls. Nous sommes avec d'autres personnes. 

    Supposons cependant que nous vivions seuls , dans un coin perdu de la campagne. Sommes-nous vraiment seuls ?

    Pas encore, me direz-vous, si nous avons des animaux  près de nous. Et en particulier si nous sommes fermiers : nous pouvons avoir des poules, des canards, des oies, des chevaux, des cochons, et ainsi de suite. A nouveau, vivant dans une ferme, nous ne sommes pas seuls. 

    Mais allons encore plus loin dans nos suppositions.

    Supposons que nous vivions isolés dans le bled, sans aucun voisin, et que nous n'ayons aucun animal d'élevage ou familier, même pas un petit chat.

    Cette fois nous serions bien seuls ! 

     

    Et bien ... pas du tout !

    En fait nous vivons en communauté avec des êtres très nombreux, un peu comme si nous étions à la tête de la plus grande ferme du monde.

    Ce n'est pas une plaisanterie : nous vivons en communauté avec ...

    (vous êtes bien assis ?)

    avec cent mille milliards d'autres êtres vivants que nous !

     

    En effet notre tube digestif, soit l'intérieur de notre ventre, abrite dix fois plus de micro-organismes vivants  (de bactéries) que notre corps compte de cellules.

    Oh oui, je sais : tout ce qui est en dessous de la ceinture, c'est vilain, on ne doit même pas en parler. Et bien c'est ça le drame. Nous méprisons notre ventre ! Nous avons grand tort. Ce qui se passe dans notre ventre est de toute première importance. Et je ne parle là que de notre ventre digestif. 

    Si je vous ai d'abord parlé des lichens, si je vous ai parlé ensuite des mitochondries, c'était pour en venir à ceci :

    notre vie en tant qu'être en apparence indépendant, isolé, distinct de tout autre, est une apparence trompeuse (et transitoire). Nous sommes en fait totalement immergés dans le monde de tous les êtres vivants, et en tout premier lieu  du monde des êtres microscopiques dont le nombre est insaisissable. Le nombre des micro-organismes dans notre ventre pourrait être comparé au nombre des étoiles dans le ciel : c'est tout simplement fabuleux !

    Pouvez-vous imaginer un fermier qui aurait autant d'animaux dépendants de lui ? Non, c'est impossible. Il est donc juste de dire qu'en nous se trouve la plus grande ferme du monde !

     

     

    - Santé Bien être - 18 - La plus grande ferme du monde  -

    tableau de mon fils Frédéric

     

     

     

    Or ce fantastique monde vivant qui est en chacun de nous est un réservoir insoupçonné de puissance, de capacités vitales. Nous ne les connaissons pas, nous avons du mal à les imaginer. C'est sans doute la raison qui motive notre mépris (presque notre dégoût) vis-à-vis de ce côté de notre personne.

    Mais allons plus loin encore.

    Sans la petite algue, le champignon du lichen ne serait propriétaire de rien du tout : il n'existerait pas car il aurait été bien incapable de se hisser sur les terres émergées.

    Sans la géniale petite bactérie hébergée puis totalement intégrée à la cellule eucaryote, celle- ci aurait-elle trouvé la force de construire des êtres assez forts pour sortir des eaux et peupler les continents ? Il est certain que non. 

    C'est donc notre existence même qui dépend de cette alliance, de cette " symbiose ", avec le monde des bactéries. Certes nous ne sommes pas des bactéries, mais nous naissons des bactéries et nous demeurons en symbiose étroite avec elles. Elles et nous, en totale solidarité, appartenons au même monde vivant.

    Une comparaison : une symphonie de Beethoven ou de Brahms n'existerait pas si les notes n'existaient pas. De même chacun de nous est comparable à une symphonie (unique) que la vie a écrite, en utilisant les alphabets des virus et des bactéries. 

    Il est donc logique de nous défaire de ce mépris que nous avons pour ce monde que nous portons en nous. Logique, légitime et utile. Sans lui, nous ne serions tout simplement pas là. 

     

     

    C'est ce monde que allons découvrir,

    pour comprendre ses immenses fonctions, l'aide que lui seul peut nous apporter,

     

    et réaliser qu'il nous faut donc  le soigner, prendre soin de lui,

    avec intelligence, attention, bienveillance,

    et j'oserais même dire : avec tendresse et amour,

    de la même façon qu'une mère s'occupe de son enfant.

     

    Alors ,

    quand vous saurez comment vous comporter

    avec ce peuple que vous portez dans votre ventre, 

    alors ,

    et alors seulement, 

    vous vous "porterez" bien. 

     

     

    ***

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    22
    Vendredi 10 Mars à 20:42

    Bonsoir pinson,

    Un article que j'aie pris plaisir à lire. Je n'ai pas fait cette expérience à l'école mais j'avais acheté un microscope à ma fille (j'espère qu'elle l'a encore) et du matériel et il est vrai que l'on en voit des choses extraordinaires. C'est fascinant.

    Dix mille milliard de cellules et cent mille milliard d'autres êtres vivants, quels chiffres. Ca bouge beaucoup en nous alors. Ce sont des chiffres énormes.

    Un beau tableau, le fils a hérité du talent de son Papa pour la peinture. C'est chouette.

    Bonne soirée et bise à toi pinson.

     

     

      • Dimanche 12 Mars à 20:12

        Réponse        à    Mari jo 21      --

        La recherche avec un microscope  est une entrée dans un monde fabuleux, mais c'est un gros investissement, et cela demande une grande pratique. 

        Bonne soirée Mari Jo

    21
    Dominique PB
    Mardi 7 Mars à 19:14

       Coucou!  Ton article sur notre "ferme intérieure" est, comme tous tes articles mais plus spécialement encore, très riche, touchant à une réalité essentielle, passionnant! Mais je ne te suis pas dans ta vision de cette "ferme intérieure ". Je ne la considère pas comme toi.... Suis-je seule à ressentir cette profonde différence de conception et de perception de notre réalité humaine?....

            Je m'explique: Oui, je fais confiance aux faits que tu nous exposes; nous avons, donc, à l'intérieur de notre tube digestif, des milliers, des millions, des milliards, des dizaines de milliards, des centaines de milliards, des milliers de milliards, des dizaines de milliers de milliards de bactéries...( des chiffres tellement hors d'entendement, que ça ne nous "parle" pas, ce serait 10 milliards ou 1000 milliards de milliards que ça ne changerait rien à l'affaire! )..

            Certes, ce bouillonnement de vie, à l'intérieur de notre corps, est prodigieux! Certes, sans lui, nous ne vivrions pas, certes nous devons le respecter, nous y intéresser et y veiller, avec attention! Je suis d'accord avec tout cela, bien-sûr! Mais, personnellement, je ne vais jusqu'à penser que cela fait qu'en conséquence, ça ne veut pas dire grand chose de nous penser "un", une personne, un être humain, une identité propre, différenciée de toutes les autres!  ( sensation d'individualité que tu relativisais, dans un précédent article ) Je persiste, quant à moi, à penser que ça a un sens très pertinent et précieux, au contraire! Et je pense que notre vie bactériologique digestive n'empêche pas du tout le sentiment de solitude qui peut étreindre! Car l'homme a besoin, pour se sentir bien, de relations humaines, pas seulement de relations avec des bactéries! Et si celles-ci lui manquent, s'il se sent seul, le fait de penser que son tube digestif soit habité d'une foultitude de micro-organismes lui fait une belle jambe!... Tu ne crois pas?...

                                   Sur ce, bon barbotage dans tes nouveaux bassins et bonne construction de digues!

                                                                                                                                                          Dominique PB

      • Mardi 7 Mars à 19:39

        Réponse        à      Dominique PB        --

        Je suis d'accord avec toi sur tous les points !

        Les chiffres , à partir q'un certain moment, ne nous parlent plus, mais deviennent des références abstraites. On pourrait mettre un ou plusieurs zéros de plus que ça ne changerait rien à ce que l'on peut éprouver. C'est la même chose devant un ciel étoilé.

        Ce que je voulais dire (pour attirer l'attention  sur ce fait) c'est que nous sommes en relation vivante, et vitale, avec plus d'êtres microscopiques  que nous n'avons de cellules. Sur un plan scientifique (donc médical) ça a d'importantes conséquences. 

        Quant au sentiment de solitude que peut éprouver l'être humain, bien sûr qu'il ne sera comblé que par des relations humaines, interpersonnelles.

        Je me laisse parfois aller à un... lyrisme (?) excessif par rapport à la nature !

        Donc O K avec ce que tu dis !

        A demain. 

        Bisous de Pinson TT !

    20
    Lundi 6 Mars à 19:59

    Oui c'est fabuleux et tu as bien raison de le dire

    J'aime bien le tableau de ton fils

      • Mardi 7 Mars à 19:24

        Réponse        à      Gazou        --

        Oui, fabuleux ! 

    19
    lenez o vent
    Dimanche 5 Mars à 13:48

    Agréable page et instructive !!

    ah " le charme discret de l'intestin " une lecture humoristique et sensée...

    oui vivons en harmonie avec notre nous intérieur

     

    Bisous Pinson

      • Dimanche 5 Mars à 15:39

        Réponse        à      lenez o vent        --

                                          yes mad sarcastic

                                  harmonions-nous !

         

    18
    hélène
    Dimanche 5 Mars à 11:00

    Vive le st C asimir, si savant  que l'on est à chaque article  ému par tout ce qu'il faut savoir.....m*eme sur le ventre! (cela me concerne. Aussi j'atends avec impatience

    les conseils avisés pour l'alimentation. de la patiente dont tu connais les problèmes...

    Bonne journée....

      • Dimanche 5 Mars à 11:42

        Réponse        à       Hélène        --

        Bien sûr que cela te concerne

        comme cela concerne tous ceux qui ont un ventre

        et c'est, je crois, assez habituel, 

        mais il est souvent traité en dépit du bon sens.

        Bon dimanche.

    17
    Simone
    Samedi 4 Mars à 19:01

    Je ne veux plus jamais entendre quelqu'un dire " je m' ennuie ". Il n' a qu'à écouter son corps !!!!!

    Félicitations à ton fils pour cette arche revisitée. Je l' aime beaucoup.

      • Dimanche 5 Mars à 11:28

        Réponse        à       Simone        --

        Ta suggestion, après le commentaire de Foise, est savoureuse ! 

        Mais pourquoi des gens s'ennuient-ils ? C'est un grand mystère pour moi. Dès que j'ai cinq minutes de libres, j'y réfléchis.

        Bon dimanche Simone.

    16
    Samedi 4 Mars à 16:57

    Super, je vois que l'on va bientôt aborder un sujet qui m'intéresse...  

    Dis-nous tout sur ce cerveau, Casimir, si possible sans termes ni explications trop savantes. Je pense pouvoir témoigner que du bon état de ces bactéries découlent une amélioration de nombreuses fonctions, du moral, de l'humeur et re-dynamise l'activité. 

    Juste un petit soucis consécutif à l'abondance des fibres...  Je vais allusion à des bruits intempestifs, joyeux et généralement inodores qui sont mal perçus en société. Ce qui me semble injuste vu que personne ne bronche face quand un atchoum propulse des germes jusqu'à 6 m. 

      • Dimanche 5 Mars à 22:54

        Réponse        à       Foise        --

        Je tiens en haute valeur les témoignages personnels : ils sont comme des grains de levain qui permettent au savoir de progresser. En fait tous les signes révélateurs du réel sont devant nos yeux, encore faut-il les remarquer, les rassembler et les interpréter.

        Et oui, la digestion des fibres pas nos amies les bactéries produisent quelques gaz... la belle affaire ! Et puis je viens de lire le commentaire de Simone, et il m'a bien fait rire en pensant à ta remarque !

        Un exposé  sans termes ni explications trop savantes. c'est ce qui est difficile, je vais essayer.

         

    15
    Samedi 4 Mars à 12:44

    Cette expérience, je l'ai faite en tant qu'élève en quatrième ou troisième .C'était beau .Mais on ne m'avait pas expliqué tout cela ou je n'ai pas été attentive .En seconde , mon prof de Sciences Nat' n'avait rien compris à son métier.Mais dans l'ensemble, j'ai eu de super profs que j'ai tentés d'imiter par la suite :-)

    J'ai fait  l'expérience de la goutte d'eau et de l'herbe avec mes élèves pour le fun.Le microscope était peu puissant .Mais c'était beau .Mais j'étais bien incapable de leur expliquer tout ce que tu nous dis .Enfin, on a quand même vu quelques mini déplacements .

    Kas,tu es passionnant .Bravo pour ton dessin.

    Félicitations à ton fils Frédéric. J'adore son tableau de l'arche de Noé.

    Bonne fête Casimir et Bon week-end

    Nicole 

      • Samedi 4 Mars à 15:01

        Réponse        à       A L N  03        --

        On ne peut saisir la richesse  d'une situation sans un minimum d'explications. Mais ce minimum peut déjà demander beaucoup de temps... et est rarement délivré. Manque de temps ? De générosité ? D'enthousiasme personnel de l'enseignant ? Ou même parfois manque de compétence. 

        Bah... ce n'est pas si grave, car de toute façon nous ne percevrons du monde qu'une infime partie de ce qu'il est, et si seulement nous entrevoyons sa splendeur, c'est déjà merveilleux.

        Ainsi, en ce moment, et depuis des heures, déluge de pluie :  je suis aussi admiratif que si j'étais devant les chutes du Zambèze ! Et même plus ravi encore, car je puis intervenir et monter le niveau des digues, ce que je vais aller faire. 

    14
    Fan
    Samedi 4 Mars à 12:27

    ... alors je veux leurs parler avec tendresse chaque jour, merci pour l'article! Bon dimanche Saint-Kasimir!

      • Samedi 4 Mars à 14:45

        Réponse        à        F A N          --

        Aimer tous les aspects de nous-mêmes (et tous les avatars de notre passé), aimer tous ceux qui nous aident à vivre, c'est bien la seule façon d'être heureux, et aussi, étonnamment, d'être en bonne santé physique, laquelle est en lien étroit avec notre santé morale.

        Saint Casimir  ( !!! ) te salue bien.  

    13
    Danielle
    Samedi 4 Mars à 10:00

    Bonjour Cas-pinson (j'écris Cas de cette façon car c'est la Saint Casimir aujourd'hui et je te souhaite une bonne pseudo-fête yes). Donc revenons à notre ferme ! Hélas, pas d'expérience à l'école, tout le monde n'a pas la chance d'avoir un prof intelligent qui sache avec des choses élémentaires et naturelles capter l'attention des élèves. Mon prof de sciences m'a dégoûtée à jamais de ce domaine, complètement coincé dans sa rigidité et débitant son livre strictement, mécaniquement, le genre d'enseignement qui ne peut qu'écoeurer un élève... quel dommage !!! C'est prodigieux lorsqu'on réalise que chaque personne est l'être unique sur terre, et là tu en reviens à exprimer que nous ne sommes pas indépendants mais que nous appartenons au même monde vivant car de même nature, solidaire (au passage : il est très beau le tableau de Frédéric, quel talent, il a de qui tirer !!!) Alors... apprends-nous à découvrir ce monde que nous portons en nous... Très bon samedi pinson, le vent marin souffle fort et je pense que ça va souffler de plus en plus au fil des heures. Danielle

      • Samedi 4 Mars à 11:36

        Réponse        à        Danielle         --

        Bonjour Danielle. Que l'on me fête la fête de mon pseudo est pour moi un luxe inattendu ! C'est vraiment un domaine sur lequel je n'ai aucune prise. Et pourtant cela nous fait plaisir... probablement parce que cela nous fait ressentir l'intérêt que d'autres ont pour nous. Mais je m'égare !

        Oui, c'est vrai, nos enfances, nos vies, n'ont pas prodigué les mêmes chances à chacun, ce que nous ne pouvons ressentir que comme une injustice. Oh... j'ai eu aussi des prof nuls ! J'ai eu une prof de dessin (d'art ?) qui se contentait de foutre une cruche sur un tabouret haut en disant : aujourd'hui vous dessinez ça. Ennui maximum ! Elle avait un manteau de fourrure en peau de lapin et , quand elle passait entre nous, je me vengeais en attrapant des touffes de poils de lapin et en les arrachant d'un coup sec : on s'occupe comme on peut ! Tiens, avec ces poils, j'aurais pu me faire un pinceau !

        Notre interdépendance avec les autres vivants, même les plus petits, même microscopiques, me parait de plus en plus importante. L'ignorer, la violer, nous conduit à notre perte, comme si nous coupions la branche sur laquelle nous étions perchés. 

        Bon weekend Danielle, mais prend garde à ton chapeau ! 

    12
    Samedi 4 Mars à 07:41

    il est magnifique le tableau de ton fils

    bonne fête à Casimir sarcastic

    dominique

      • Samedi 4 Mars à 08:53

        Réponse        à        LMPT 73          --

        C'est la Saint Casimir ??? 

        Alors... Saint Casimir, priez pour nous !!!!!

        et pour tous les animaux de nos fermes

        afin que tous soyons heureux de vivre en harmonie. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :