• - Santé Bien être - 21 - Le microbiote : son utilité -

     

     

     

     

     Le microbiote : son utilité

     

     

     Notre microbiote, cette immense galaxie microbienne qui est en nous,

    elle nous sert à quoi ? 

    A rien peut-être.

    Ne ferait-on pas mieux de l'éliminer par un vigoureux et définitif coup de balai,

    grâce à une intense cure antibiotique ?

    Plus aucun microbe en nous, Ô merveille !

    On serait enfin débarrassé de cette faune suspecte

    comme on se débarrasse des puces dans la fourrure d'un chat.

     

     

    - Santé Bien être - 21 - Le microbiote : son utilité -

     

     

     

    Et bien... ce serait une très mauvaise idée !

    Vous vous souvenez du lichen. 

    Sans la précieuse présence des algues dans les piscines intérieures qu'un champignon a préparé pour eux dans sa chair elle-même, ce champignon n'aurait aucune existence. Il vit, se développe, grâce à cette symbiose.

    Et bien nous sommes exactement dans la même situation vis-à-vis de notre microbiote. 

    Sans lui nous n'existerions pas.Les bactéries vivant dans nos intestins ne sont pas nous, certes, elles restent de vraies bactéries, et pourtant notre vie même dépend d'elles ! 

    De même que nous ne saurions vivre sans un coeur, des poumons, des reins, un pancréas, bref sans chacun de nos organes, nous ne saurions vivre une seule journée sans notre microbiote.  Si bien qu'il est logique de considérer ce microbiote comme un organe à part entière de notre corps ! 

    Dites-moi, votre microbiote (organe de votre corps) se porte-t-il bien ? 

    Si oui  vous avez des chances d'être, comme on dit, en "bonne santé". 

    Si non : il serait urgent de vous en préoccuper. 

    Mais avant de voir ce que nous pouvons faire pour le chouchouter, voyons à quoi il sert. 

    A mille choses vous allez voir !

     

    Il est indispensable à la bonne santé de notre intestin

     

    Il protège l'intestin par un effet dit " de barrière " : le peuple de nos bactéries amies forme une couche vivante protectrice pour les cellules de nos intestins (que l'on appelle des entérocytes) : si d'aventure, et le fait peut se produire, nous avons ingéré un aliment porteur de germes agressifs, ceux-ci ne vont même pas trouver un seul endroit libre pour se poser : ils seront finalement expulsés sans avoir pu entrer en contact avec nous. Cette flore abondante et en pleine santé a donc un rôle de garde du corps : une de nos meilleures protections. 

    Ce n'est pas tout. Une partie de nos aliments n'est pas digérée par nos sucs digestifs mais ... justement par ces bactéries  (surtout au niveau du côlon)  grâce a des fermentations qu'elles vont mettre en route. Ces fermentations produisent l'énergie dont ces bactéries ont besoin pour vivre, mais aboutissent aussi à la formation de " métabolites " qui vont nous être utiles et c'est ainsi par exemple que vont être produits des acides gras à chaîne courte qui seront utilisés par les colonocytes (cellules du côlon) comme carburant, donc comme source d'énergie.

    On peut dire qu'une flore intestinale prospère, non seulement protège, mais  nourrit l'intestin qu'elle habite. 

     

    Il joue un rôle fondamental pour le système immunitaire qui nous défend contre les maladies infectieuses. 

    Il est en quelque sorte le laboratoire où se construit notre système immunitaire, ou si vous préférez l'école qui enseigne à nos cellules comment réagir pour se prémunir contre des bactéries agressives. Or qui peut mieux nous enseigner cela que des bactéries elles-mêmes ?

    Quand nait le bébé, son système immunitaire est presque inexistant et ses défenses  ne sont constituées, presque exclusivement, que par les gammaglobulines, et autres molécules, fabriquées par la mère, qu'il a reçu pendant la grossesse, et qu'il continuera à recevoir par le lait maternel s'il a la chance d'en profiter.

    Le microbiote du nourrisson va se développer progressivement durant sa première année, et se développera plus encore quand son alimentation va s'enrichir d'autres éléments que le lait. De ce fait ce n'est que lors de sa seconde année que son système immunitaire va atteindre une réelle efficacité. Cette maturation est intimement liée au plein développement de son microbiote, et va le rendre apte à se défendre par lui-même contre les infections.

    Mais il ne se contente pas de nous protéger contre les maladies infectieuses !

     

    Il nous protège aussi contre les maladies allergiques  et contre les maladies inflammatoires.          

    Comment cela ? 

    Ne soyons pas naïfs : nous sommes en ce monde entourés d'une multitude de dangers. Nos lointains ancêtres ont dû lutter contre de grands carnivores, comme le célèbre tigre à dents de sabre, et contre une multitude d'autres. 

     

     

    - Santé Bien être - 21 - Le microbiote : son utilité -

     

     

     

    Ces dangers sont maintenant écartés. Mais la pression des micro-organismes demeure. Nous avons en permanence à lutter contre eux : c'est le rôle de notre système immunitaire. Mais cette lutte quotidienne (et automatique, rassurez-vous !) a un prix : elle produit des toxines que les microorganismes pathogènes ont sécrétées, et ces toxines (ces poisons), si elles pénètrent en nous, vont être à l'origine de nombreuses maladies allergiques, ou, pire encore inflammatoires

    Un microbiote actif va dégrader ces toxines ! 

     

    Trois mots sur ces maladies inflammatoires. 

    Evidemment celles qui touchent l'intestin lui-même : maladie coeliaque, maladie de Crohn, recto-colite hémorragique, côlon "irritable", cancer colo-rectal.

    Puis celles des articulations, et ensuite de tous les organes.

    La seule protection contre toutes ces maladies, c'est notre microbiote !

    Je ne voudrais pas vous lasser par une énumération interminable des actions salvatrices de notre microbiote, mais je vais cependant dire un mot d'une action beaucoup plus vaste encore, et bien plus mystérieuse encore :

     

    son action sur notre psychisme, et sur la régulation de notre physiologie par le psychisme !

    Cela parait presque incroyable.

    Et pourtant des preuves s'accumulent pour nous montrer qu'il a un rôle dans l'obésité (son installation, sa persistance), sur notre moral, notre humeur, notre énergie, notre comportement, et même sur l'autisme  ! 

    Comme si ce microbiote (ce peuple bactérien !) dialoguait avec notre cerveau.

     

    Comment cela est-il possible ? 

    Vais-je aborder cette vaste perspective ? 

    Oh j'en ai bien envie, mais cela ouvre à un royaume si immense

    que je vais remettre cela à une autre fois. 

     

    Bonne fin de semaine pour vous tous.

     

     

    ***

    PS : j'ai oublié beaucoup de choses dans ce texte :

    par exemple le fait que dans le côlon les bactéries fabriquent des vitamines,

    telles que la vitamine K . 

    Je reprendrai cela une autre fois.

     

     

    ***

     

     

     

     


  • Commentaires

    22
    h2o-
    Samedi 25 Mars à 09:10

    Quel intérêt a-t-on de vacciner les enfants dans les premiers mois si son système immunitaire n'est pas encore développé ? Il y a aussi l'immunité cellulaire et humorale. Si je me souviens bien, la vaccination fait appel (sauf pour le BCG) à l'immunité humorale. Y a-t-il un rapport avec la formule sanguine inversée des enfants... Je me pose ces questions en lisant ton texte mais tu n'es pas obligé de répondre, c'est sans doute long et complexe.

    Bon week-end AmiKas

      • Samedi 25 Mars à 11:30

        Réponse        à   h2o --

        L'intérêt théorique de vacciner les très jeunes enfants serait de les protéger contre toutes infections. L'intention est excellente. L'ennui est qu'ils sont encore dans une phase d'organisation de leur système immunitaire et donc inaptes à "réagir".

        D'où la tentation de trouver des astuces pour les FORCER à réagir, mais là, danger ! Danger de brutaliser une petite plante tendre en train de sortir du sol. Une telle pratique pulvérise le principe de précaution, lequel ne semble plus avoir cours en matière de vaccination, c'est très étrange ! 

        Bon week-end pour toi aussi, h2o.

    21
    Vendredi 24 Mars à 18:15

     

    Bonjour pinson,

     

    C'est tout une usine dans notre corps et c'est sans cesse en activation. Moi qui me croyait en bonne santé ben, je ne le suis pas tant que ça car j'ai quand même quelques kilos en trop. Il est vrai que ça ne me gêne pas ; du moins pour l’instant.

     

    Mais entretenir notre microbiote ne doit pas être facile et arrivé à un certain âge toutes ces p’tites bactéries doivent avoir du mal à se renouveler. Je n'arrive pas à m'exprimer, à dire vraiment ce que je veux. Dans ma tête c’est bon mais à écrire… mais j'espère que tu comprendras ce que je veux dire. Je sais que je ne m’alimente mal bien que je ne mange que lorsque j’aie faim mais jamais un repas complet et parfois, je m’aperçois que ça fait quelques jours que je n’aie rien mangé ou bu lorsque la soif me taquine sérieusement. Par contre, à la canicule l’été dernier et au grand froid de cet hiver, mon corps m’a rappelé à l’ordre (je lui ai donc fait un repas complet comme l’on dit) donc là, je pense que mon microbiote n’était pas au top et la forme est revenue car j’avoue qu’à ce moment-là j’étais un peu ratapla.

     

    Grâce à tes articles, je fais attention au gluten mais le pain c’est dur dur pour ainsi dire je ne peux pas m’en passer et pour être franche je crois que c’est plutôt que je ne veux pas. Moi, je l’aime bien mon p’tit pain de campagne aux céréales. J’ai remarqué aussi que dans les grandes surface le sans gluten commençait à se montrer sans le chercher, ça tape à l’œil mais le prix est beau aussi ; un paquet de pâtes sans gluten à quelques centimes près deux euros.

     

    Bon je m’en vais car j’ai parlé pour ne rien dire mais j’ai bien compris ton article qui est très explicite.

     

    Bonne fin de journée et bise à toi pinson.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      • Samedi 25 Mars à 10:13

        Seconde réponse        à   Mari jo 21 --

        Comment ? Tu te démoralises ?

        Et pourtant tu écris :  lorsque je ne mange pas de pain, j'ai remarqué que mon poids diminuait

        Alors ? Tu as une clé dans tes mains !

      • Vendredi 24 Mars à 19:51

        Non pinson, tu vois je m'exprime mal; excuse-moi . C'est moi qui pense en te lisant qu'il faudrait que je change certaines choses dans mon alimentation. Je sais que tu n'es pas le genre de personne à dire qu'il faudrait faire ci ou ça, excuse-moi.  Pour le gluten, j'ai compris dans tes articles qu'il n'était pas bon pour notre santé et donc, j'aimerai déjà essayer de supprimer ce p'tit pain que j'aime tant. Car, lorsque je ne mange pas de pain, j'ai remarqué que mon poids diminuait et parfois pas mal.

        Un bon excès de poids. Pourquoi le surcharger ainsi ? Mais je ne sais pas ce qui le surcharge. J'ai vu que ton dernier article (que je n'aie pas encore regardé) traitait comment entretenir notre microbiote. Peut-être vais-je trouver quelque chose qui m'aidera et que je perdrai un peu. Car le peu que je mange et vu comme je me dépense, je ne comprends pas cette surcharge et crois-moi que lorsque je passe sur la balance et que j'aie repris, c'est vraiment décevant voire même démoralisant. Ce que je sais c'est que j'aie commencé à prendre du poids lors de gros soucis et depuis...

         

         

         

      • Vendredi 24 Mars à 18:43

        Réponse        à   Mari jo 21 --

        Bonjour Mari jo. 

        Contrairement à ce que tu sembles croire, je ne tiens pas à dire qu'il faut manger comme ceci  (bio par exemple) ou bien ne pas manger cela ( du pain, du gluten). Ce que je voudrais comprendre c'est pourquoi tel aliment peux nous faire du bien ou du mal. Ensuite c'est à chacun de voir. 

        Tu te sens en bonne santé ? Parfait. Mais tu as un excès de poids. Ah, e ne sais pas ce que tu appelles excès de poids, mais s'il est réel, il est certain que cela impose à ton corps un effort supplémentaire. Alors me vient une question ? Pourquoi le surcharger ainsi ? Mieux vaut l'aider que lui imposer des charges supplémentaires.

        Bonne soirée.

    20
    Simone
    Dimanche 19 Mars à 18:07

    Bravo pour ta pédagogie Mr K. Dis donc, je n' aimerais pas rencontrer ton tigre à dents de sabre, le dessin peut'il s' animer et sortir de l' écran ?

      • Dimanche 19 Mars à 18:46

        Réponse        à   Simone --

        Oui, d'un simple clic avec ta souris tu peux le faire sortir de l'écran et le déposer sur ton bureau. Mais ton pauvre petit Victor va devoir se planquer !

    19
    Danielle
    Dimanche 19 Mars à 10:19

    Bonjour pinson et tout d'abord bon dimanche ! J'espère ne pas me répéter mais je ne relis pas, ni mes commentaires ni les autres, je le fais toujours après. Notre vie dépend des bactéries qui vivent dans nos intestins, rôle protecteur du microbiote notre allié ! Il faudrait donc qu'il reste stable tout au long d'une vie, comment dire : qu'il ne se modifie pas et là je me demande si l'âge intervient ou pas. Tu nous as expliqué qu'il n'était pas seulement dans les intestins mais aussi dans la bouche, la peau, le vagin... le microbiote est donc différent chez chaque individu et se modifie après la prise d'antibiotiques par exemple, il se reforme après mais peut-être différemment ? N'y a-t-il pas de modifications lors et après cette perturbation ? Et les changements d'alimentation ? Je pense là aux régimes ou tout simplement au vieillissement qui parfois nécessite un changement important dans les aliments (volontaire ou pas, les goûts évoluent aussi tout simplement). J'ai lu également  que dans ta réponse à Fan tu parles des émotions violentes et de leurs conséquences ! Alors je me pose des questions sur les réactions dans notre physiologie... tu me comprends, je le sais ! Mais je pense que tu nous expliqueras tout ça, seulement tu me connais, lorsqu'une  question se présente je préfère l'exprimer tout de suite. Ah ces mouettes qui n'ont pas de patience sarcastic. Je te souhaite un très beau dimanche. Danielle

      • Dimanche 19 Mars à 11:07

        Réponse        à   Danielle --

        Tu sais, nous nous imaginons être les maîtres du monde, et que tout nous appartient, que tout nous est soumis, à notre merci. Nous allons jusqu'à imaginer que nous sommes capables de détruire la vie sur cette planète. C'est faux. Ce sont les microbes (c'est-à-dire les êtres unicellulaires) qui dominent toute la vie, car ils vivent sur notre planète depuis 3,5 milliards d'années, et nous seulement depuis 200.000 ans ! Nous allons peut-être réussir à nous faire harakiri, ça oui, mais les microbes, bactéries, champignons, ne s'en apercevront même pas !

        Oui il faudra que je reparle de l'évolution du microbiote tout au long de notre vie : c'est très important, car si nous pouvons l'abîmer, nous pouvons aussi le réparer, et même lui demander son aide pour guérir les plus graves de nos maladies.

        Bon dimanche Danielle.

    18
    Fan
    Samedi 18 Mars à 19:18

    ... j'ai tout lu, j'aime ce chien jaune, je dirais "Brutus" qui devrait "bouffé" tout ce qui nous attaque!

    Ce qui est pour le mental, il y a passé 20 ans, je sortait d'une déception amoureuse, et constater un matin des grandes taches vert puis bleu foncé comme des hématomes, sur le corps.. J'ai cru d'avoir le Sida, donc me suis rendue au urgences. On ma prescrite une pommade. Mon médecin a fait une prise de sang donc tout était normal, sauf, ils ont pensé que je faisait une réaction contre moi même, une sorte de punition...

    C'est n'est pas le terme, mais ce que j'avais comprise. Belle soirée à toi.

     

     

     

     

     

      • Samedi 18 Mars à 19:53

        Réponse        à    FAN  --

        Une violente émotion, telle que celle que tu évoques, peut par son intensité même (que ce soit de la peur ou de la colère, entre autre) engendrer de brusques réactions dans notre physiologie, et de graves conséquences. Pas sûr que ça nécessite l'intention de se punir : ça, ce n'est qu'une interprétation après coup. Cela peut passer tout simplement par une sécrétion massive de certaines hormones telles que le cortisol.

        Si l'on doit interpréter, plutôt que "se punir" , je verrai plutôt l'intention de bouffer l'autre. Et comme notre morale s'y oppose (et heureusement !) cette intention presque homicide peut se retourner contre nous  et nous léser gravement.

        Sujet... passionnant.

        Bon dimanche demain, dans la paix du printemps qui s'approche !

    17
    Samedi 18 Mars à 18:34

    Les bactéries dialoguent , ouah ouh , quelle surprise ! J'ai l'impression que ma mère  m'a transmis son  microbiote mais m'a filé surtout ses problèmes : hypothyroidie, arthrose  etc...

    Enfin, j'essaie de manger le plus possible sans gluten pour faire plaisir à mon microbiote.

    J'aime bien ton dessin de carnivore , sûrement moins dangereux que certaines "cochonneries" que nous mangeons.

    Bon week-end Amikas.

      • Dimanche 19 Mars à 10:50

        - Seconde réponse        à   A L N 03 --

        Mais oui les poules se parlent et nous parlent. Et les coqs ne font pas que de grimper sur les poules, ils leur parlent aussi (parfois), et j'ai observé  une fois un coq nain faisant la cour à une poulette, je t'assure qu'il y a mis de la patience et de la persuasion (pas de la violence) et pendant plusieurs minutes : j'étais épaté et admiratif.

      • Samedi 18 Mars à 19:58

        Les poules dialoguent , j'en suis sûre , entre elles .Et elles nous parlent .Je me suis déjà fait eng..par une poule quand je voulais la rentrer alors que c'était mon frère qui s'en occupait chaque soir .

      • Samedi 18 Mars à 19:42

         

        Réponse        à   A L N 03 --Nous sommes à tort persuadés que la seule façon de communiquer (et de penser) c'est la nôtre, qu'il n'y en a pas d'autres, et que de ce fait nous seuls à pouvoir être " intelligents ". Seulement voilà c'est faux. Les insectes dialoguent avec les fleurs selon des codes qui nous échappent; les abeilles s'instruisent mutuellement en s'exprimant par des danses, et peut-être de la musique par leurs battements d'ailes, des bactéries, quand l'une à compris quelque chose (par exemple comment résister à tel antibiotique) celle-ci s'empresse de filer le tuyau à ses copines, et on a même photographié le petit paquet  qu'elle leur transmet (qui a la forme d'un gène) et sur lequel est inscrit la marche à suivre. Tu sais, Nicole, nous sommes seulement à la veille de découvertes qui vont révolutionner notre savoir sur la vie : nous n'en sommes qu'au tout début, et la grande sotte de Marisol Touraine a l'air d'une vraie cruche avec ses affirmations stupides. Et vlan !  

        <table> <tbody> <tr> <td> </td> <td width="40"> </td> <td> </td> </tr> </tbody> </table>
    16
    Samedi 18 Mars à 17:36

    Tes articles sont très clairs et permettent aux personnes qui sont nulles en biologie comme moi de comprendre un peu mieux ce qui se passe dans notre corps et comment nos intestins et leur bon fonctionnement permettent  de vivre un peu mieux en harmoniebonne soirée khaz

      • Samedi 18 Mars à 18:17

        Réponse        à    Gazou  --

        " Vivre en harmonie " : voici une excellent formule 

        car la vie, c'est justement ça : une harmonie entre une multitude de forces très diverses qui se réunissent comme les fils d'un merveilleux tapis, ou, comme dans la 9 me symphonie tous les instruments de l'orchestre et toutes les voix humaines qui forment un immense bouquet dont le point culminant est l'ode à la joie. 

        La vie , c'est cela !

        Bonne soirée et bon dimanche.

    15
    héléne
    Samedi 18 Mars à 15:38

    bien que ne sois pas une fana de la biologie, je lis  et j'apprends qu'entre le corps et l'âme il y a une sacrée différence.j'aattends avec une certaine impatience des explications nombreuses afin que je comprenne  mieus ce que les bactéries ont à faire  pour notre bonheur moral et physique;

    Tchao.....je vais piano.....

      • Samedi 18 Mars à 16:13

        Réponse        à     Hélène  --

        On peut bien sûr dire cela :

        entre le corps et l'âme il y a une sacrée différence.

        Mais on peut dire aussi  : entre un violon que je regarde, et un concerto de Bach pour violon que j'écoute, il y a une sacrée différence.

        Mais ce concerto existerait-il sans qu'existe le violon ? 

        Et comment décrire la relation qui existe entre l'instrument de musique et la musique ?

        La même relation existe entre notre corps et nos émotions,

        et dans le "jeu" de notre corps, il y a nos amies les bactéries.

        Oui, c'est profondément mystérieux; mais je n'y suis pour rien ! 

    14
    Danielle
    Samedi 18 Mars à 13:39

    Bonjour du samedi pinson, le microbiote... ses bactéries indispensables à notre santé ! Ca semble s'opposer et pourtant il nous protège, nous défend contre le danger des infections ! Notre microbiote est donc notre sauveur, son action nous protège des maladies en dégradant les toxines dangereuses. Par contre je suis surprise que le microbiote agisse également sur le psychisme, c'est assez étrange qu'il puisse jouer un rôle sur notre humeur, notre énergie et autre... imaginer des bactéries agir positivement sur notre cerveau, oui, c'est étonnant et assez mystérieux ! Mais je suis pressée, je reviendrai bien entendu, en attendant je te souhaite un très bel après-midi avec du soleil si possible, c'est mieux pour tes travaux. Danielle

      • Samedi 18 Mars à 15:15

        Réponse        à     Danielle   --

        Bonjour Danielle. Tu peux être surprise, il y a de quoi ! Nous avons l'habitude de considérer nos pensées et nos émotions, nos désirs, nos peurs, comme la manifestation de... comment désigner cela ? Disons de notre "âme" : quelque chose de purement spirituel, d'immatériel.

        Et puis il y a notre corps et on ne sait pas très bien ce qu'il fait là : certes il nous rend présent au monde, mais il n'aurait pas son mot à dire dans notre vie intellectuelle ou affective. 

        La réalité est tout autre ! C'est avec notre corps et par notre corps que nous pensons, sentons, désirons, que nous sommes gais ou tristes, et notre ventre fait intimement partie de notre corps, au même titre que la tête ou que le coeur !

        Nous croyons de même que nous ne communiquons qu'avec la parole, ou l'écrit, et que nous seuls, humains (ayant fait des études !) sommes "intelligents" : quelle stupidité ! C'est la vie qui est intelligente, et bien plus que nous : les animaux sont intelligents, et pas seulement les dauphins, les plantes sont intelligentes, et ...  les bactéries aussi !!!! Les bactéries de notre microbiote dialoguent avec nos cellules. Mais je le reconnais, cette idée est totalement révolutionnaire.

        Alors tu vois, j'ai bien fait de remettre à plus tard pour aborder ce sujet passionnant.

        Bon apm.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :