• - Tâches quotidiennes -

     

    Vivre le jour présent

     


    La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles

    Est une oeuvre de choix qui veut beaucoup d'amour.

    Rester gai quand le jour, triste, succède au jour,

    Etre fort, et s'user en circonstances viles,

     Paul VERLAINE   (1844-1896)

     

    D'une façon habituelle, et sans même y penser, je choisis toujours  de vous montrer des aspects flatteurs du petit morceau de planète où je vis, et cela donne finalement une idée fausse de la réalité. 

    Ainsi ce qui se présente à moi quand je sors de ma maison côté sud, ou enfin la couleur verte a remplacé les tons sombres de l'hiver.

    Une "vue" qui me sert souvent de carte postale et dont peut-être j'abuse.

     

    - Tâches quotidiennes -

     

     

    Mais voilà.

    J'ai, voici 2 ans (environ) entrepris de rénover les lieux, lieux que j'avais négligés depuis pas mal d'années.

    Ce qui implique de desserrer l'étreinte étouffante des arbres qui par leur nombre excessif et leur croissance allaient bientôt mettre en place une sorte de sombre sous-bois.

    Mais aussi d'éliminer tout les dépôts accumulés depuis... une quarantaine d'années. Tâche qui s'est vite révélée être assez gigantesque ! Et au fur et à mesure où je la réalise, de nouvelles exigences se révèlent. C'est ainsi que je suis tombé en arrêt devant une vieille caravane qui fit nos délices durant plus de six années.

     

    - Tâches quotidiennes -

     

    C'est d'ailleurs cette charge de très bons souvenirs (de cette époque bénie où la famille était rassemblée... époque révolue) qui protégeait cet objet de toute action visant à l'effacer du paysage.

    Er voici que j'ai soudain réalisé qu'elle n'était plus qu'un objet mort, une sorte de cadavre conservé à ciel ouvert, comme dans l'attente d'une impossible résurrection du passé.

    A vrai dire, je ne la voyais même plus, cette caravane, abandonnée à la rouille, aux ronces, aux moisissures, aux araignées, aux chats errants et autres hôtes de passage, et c'est ainsi qu'une année s'y était installé un nid de frelon.

    J'ai donc pris (soudain !) la décision de l'éliminer. Un ferrailleur est venu la réduire (non sans mal) en morceaux qu'il a emmenés. Et j'ai admiré son courage, sa force, en me disant que des vrais travailleurs, il en existe encore, et fort heureusement pour notre nation.

    Je croyais qu'ensuite j'allais en un seule journée nettoyer l'emplacement.

     

    - Tâches quotidiennes -

     

     

    Quelle erreur à nouveau ! En trois journées, j'avais seulement commencé le déblayage. 

     

    - Tâches quotidiennes -

     

    Entre autres choses j'ai retrouvé ce qui restait d'une touffe de noisetier que j'avais coupé assez grossièrement il y a deux ans. J'ai commencé  à l'éliminer d'une façon plus radicale, ce qui est plus difficile qu'il n'y parait.

    Mais ce faisant j'ai aperçu au centre de la touffe formée par la dizaine de troncs de cet arbrisseau... un nid, avec en son centre un oeuf, d'un beau vert piqueté. Ce qui a stoppé net mon entreprise ! Avec une crainte : que l'oiseau pondeur ne revienne pas.

    - Tâches quotidiennes -

     

    image wikipedia

     

     

    J'avais déjà bien dégarni la touffe et le nid était bien plus exposé, en particulier aux intempéries. J'ai installé une sorte de toit en plastique au dessus. Pas très esthétique, mais je crois utile.

     

    - Tâches quotidiennes -

     

    Le lendemain il y avait 2 oeufs, le surlendemain 3 : il était bien revenu !

    Puis j'ai vu l'oiseau couver : un merle, ou plutôt une merlette, gris feuille morte; en fait invisible lorsqu'elle ne fait plus qu'un avec le nid circulaire d'herbes et de fines branchettes. Elle s'est sauvée car je m'étais rapproché trop près.

     

    - Tâches quotidiennes -

    image wikipedia

    Depuis je ne m'approche plus. Je vais attendre que les petits aient quitté le nid pour reprendre mes travaux à cet endroit ....

    Un nouveau délai pour la réalisation de mes projets.

    Je vous tiendrai au courant.

    Ainsi vont les jours,

    pour moi comme pour vous,

    des jours ordinaires, faits de joies et de peines. 

     

    ***

     

     

     


  • Commentaires

    33
    lenez o vent
    Mercredi 10 Mai à 10:36

    quel travail tu exécutes !!!!!!!!!!!

    Que les mots de Verlaine et de Nicolas Poussin

    me paraissent vrais

    Merci pour cette page si riche

    Bisous Pinson

     

      • Mercredi 10 Mai à 12:42

        - Réponse   à   -  lenez o vent -  --

        Merci de tes mots si gentils, amie A.

        Que ta journée soit belle et légère !

    32
    Fan
    Mardi 9 Mai à 16:52

    ... et j’ajoute, car je ne déblaye pas seulement dans mon appartement,, (comme toi dans ton jardin) mais également dans mon fort intérieure. Si tu trouve, que mon commentaire n’a pas sa place sur ton blog, alors tu ne le publie pas !
    Je disait donc, vive l’Europe et votre nouveau élu, pas par tous, évidemment! At-il donc osé, s'excuser, parler des crimes en Afrique du Nord comise par la France. Une honte, un scandale !!! L’Allemagne, enfin ses assassins abjectes et fous, ont comise des crimes envers des Juifs d’abord et multiples d’autres peuples, en suite, donc aussi envers de la France. Nous, les enfants, demandons pardons depuis passé 70 ans. A 20 ans, je n'ai pas osé dire que j’étais Allemande, à Paris.
    Depuis  des années, la France sort chaque année un film sur l’occupation,... pour mémoire. Je hais autant que vous les hommes en manteau de cuir noir, ou en bottes tel qu'ils sont présenter dans ces films. Et bien la réalité, dans les camps de concentration ou ailleurs était plus monstrieuse, encore. Moi, qui a vécu dans des camps dans mon enfance, j’ai une toute petite notions de leurs vécu…
    Les alliers (anglais et américains) ont détruite et tuer des milliers de femmes, enfants et vieillards par des bombes de phosphor, à la fin de 1944-45 en Prusse Orientale, ma patrie.
    Qui en parles aujourd'hui? Oui demande pardons ?
    Aujourd'hui, nous sommes re-entourer par d'autres criminels dans multiples pays ailleurs...
    Ceci dit, je trouve, qu'il est temps d’aller en avant, pour nous, nos enfants, pour tous ! C'est comme avec ta caravane, on découpe, enlève, garde les souvenirs, toutes, mais on peut laisser enfin la place pour que les "oiseaux" symbole de liberté,  peuvent couvé...

    ps. ton correcteur  automatique, souligne en rouge, mais ne corrige pas!

      • Mercredi 10 Mai à 12:30

        - Réponse   à   -  FAN -  --

        Vivre, c'est changer, se transformer, se remettre en cause chaque jour, s'inventer dans la nouveauté. Si on cesse de faire cela, on se fige et on se momifie sur place, on cesse de vivre avant même de mourir. C'est vrai pour les cellules de notre corps qui se renouvellent en permanence, alors pourquoi notre pensée ne devrait-elle pas elle aussi évoluer ? 

        C'est vrai aussi pour nos deux peuples Allemand et Français. Nous avons vécu pendant des siècles dans une opposition stupide et mortelle. Ce temps là est révolu et c'est une bénédiction !

        Mon père, en 1914, s'est engagé  (à 18 ans) a été gravement blessé par un obus, et handicapé à vie. Et bien il n'en a jamais voulu aux Allemands, car il a compris que les soldats, tous, avaient été pris dans la folie de la guerre afin de s'entretuer, alors qu'ils auraient pu s'aimer comme des frères. Par contre il en a beaucoup voulu aux politiciens et aux généraux qui ont disposé des soldats comme d'une matière première pour leurs jeux cupides et féroces. 

        Tu n'as pas, amie FAN, à demander pardon  pour les crimes qui ont été commis par des gens de ton peuple dans le passé : tous nos peuples ont souvent été dominés par des criminels qui sont à l'origine de mille abominations. Mais allons-nous tous devoir vivre éternellement dans la peur, écrasés par une faute qui n'est pas la nôtre ? 

        En 1944, j'étais un collégien bien inconscient. Il m'est arrivé d'être face à un SS, jeté par lui à terre, il a dégainé son arme et m'a mis en joue. A cette époque j'apprenais l'allemand et j'aimais beaucoup cette langue. Je ne me souviens plus de ce qu'il m'a dit en criant, mais je lui ai répondu en allemand, et il en a été surpris, n'a pas tiré, et m'a laissé partir. Alors vois-tu, cette langue de Goethe, c'est un peu ma vie aussi.

        Que ton coeur soit donc libéré de toute crainte.

        Que nos deux peuples vivent maintenant en paix et en amitié, il n'y a rien de plus merveilleux !

        Vive l'Europe, vive le France et l'Allemagne main dans la main. Notre amitié, c'est le soleil de notre vie !

        Que la joie soit dans ton coeur , FAN.

         

         

         

         

         

    31
    Fan
    Lundi 8 Mai à 20:27

    ... bonsoir Kasimir, toi tu protège ta "merlette", moi ma "martinet", je n'ose pas faire de l'aspirateur à côté de la cheminée, cela, dérangé madame. Merci pour les informations du blog de Dr Simone, la Newsletter arrive, mais il est impossible de laisser un commentaire. Pour moi trop de barrage...smile un peu comme à "certains" accès  des dernières élections françaises. Mais bon, comme je suis une fervente admiratrice de votre nouveau président, jeune et dynamic,  je sais, je ne devrais pas le dire, mais, c'est ainsi, je va recevoir des oeufs pourris sur la tête... donc, vivre l'Europe, les merles et martinets et toi, évidemment!

      • Mercredi 10 Mai à 11:44

        - Réponse   à   -  FAN -  --

        Bonjour FAN. Je suis bien en retard pour te répondre !

        Respecter la nature, renoncer à faire ce qui nous plait afin de ne ne pas déranger les besoins des êtres qui vivent avec nous, ce n'est pas un renoncement, au contraire, c'est nous mettre en harmonie avec les rythmes de la vie, et il en résulte pour nous un profond sentiment de paix et de solidarité avec tout et tous.

        Et merci de vibrer avec nous dans nos espoirs pour une France où les chantiers de transformation ne manquent pas. Que les vieux racornis de la politique aillent mijoter leurs rancunes, leurs avidités et leurs magouilles ailleurs : on les a assez vus !

        Vive aujourd'hui et vive demain !

        Vive merlette et vive tes martinets !

        Et bonne journée à toi . 

         

    30
    Lundi 8 Mai à 15:12

    Un nid t'a obligé à stopper ton travail...La vie nous  déroute toujours par ses apparitions inattendues et comme il est bon de savoir la respecter

      • Mercredi 10 Mai à 11:27

        - Réponse   à   -  Gazou -  --

        C'est la vie qui est le chef d'orchestre

        nous sommes à son service

        il est fini le temps où les hommes pouvaient se croire les maîtres du monde, et c'est bien ainsi.

    29
    Aln03
    Lundi 8 Mai à 12:22
    Aujourd hui j ai pu voir tout ton blog grâce à mon nouveau téléphone .Youpi.Mais j attends le retour de mon ordi avec impatience.Bien chouette cette caravane chargée de souvenirs.Je crois que Lulu m en avait parlé dans son courrier.C est beau chez toi et je reviendrai voir en grand le jour où je récupérerai mon ordi.Bon 8 mai Amikas
      • Lundi 8 Mai à 14:15

        - Réponse   à   -  ALN03 -  --

        Tout n'est pas beau chez moi, mais j'évite de vous le montrer, ce que j'ai osé faire en vous montrant cette épave de caravane. C'est curieux, je n'en avais pas pris conscience jusqu'ici, mais dès que cela m'est apparu (il a fallu bien des années tout de même !) je n'ai plus supporté sa présence. La remise dans le courant de la vie de cet espace  va demander plus de temps que j'avais d'abord pu le penser.

        Bon retour dans le monde de l'informatique, Nicole !

         

    28
    Danielle
    Dimanche 7 Mai à 18:46

    Tu as planté deux pieds de Butternut, très bien... mais késako (qu'es aco en occitan sarcastic) et les green zébra, je suppose que ce sont des tomates mais est-ce qu'elles sont vertes même au moment de les consommer ? Green veut dire vert, tu peux constater mes progrès en anglais, si si je t'assure !!! Si tu pouvais m'expliquer la différence entre les tomates tu serais un adorable pinson. Vite, on m'appelle, bonne soirée. Danielle

      • Dimanche 7 Mai à 20:24
        khaz

         Éditer

        - Réponse   à   -  Danielle -  --

        Butternut (= noisette de beurre)  est une courge américaine, grimpante, en forme très marquée de poire; à peau couleur paille, à chair ferme, qu'on peut facilement conserver tout l'hiver, et qui se prête bien pour faire des confitures.

        Green Zébra est une tomate d'un vert jaune (quand mûre) mais "zébrée" de vert plus soutenu. Sa chair aussi reste verte. Elle est délicieuse, on croirait un fruit à croquer. J'en ai fait une année et on s'était régalés.

        Les tomates Noires de Crimée ont une peau rouge sombre, et une chair de même. Elles ne sont pas supérieures aux tomates rouges d'un point de vue gustatif, mais elles sont les championnes pour leur exceptionnelle richesse en antioxydants. Les Cerises  tu connais !

        Les Pyros se sont des tomates rouges de taille moyenne, et assez précoces. Ce sont celles que je prends d'habitude, ou bien les Fournaises, un peu du même type.

        Voilà, tu sais tout !

        Bon appétit... non, bonne digestion !

    27
    L@urence
    Dimanche 7 Mai à 17:52

    ah d'accord ! elle n'a donc pas connu cet endroit la caravane. A chaque fois que je passe à Ste Florine, je pense à toi ! Une caravane qui contenait donc plein de souvenirs auvergnats ! Bisous Pinson, bonne fin de dimanche

     

      • Dimanche 7 Mai à 20:03
        khaz

         Éditer

        - Réponse   à   -  Laurence  -  --

        Oui, cette caravane était devenue un objet-souvenir, un peu comme peut l'être une carte postale, mais hélas un objet bien trop énorme et qui se détériorait et devenait affreux. J'ai eu une petit grain de tristesse en décidant de l'éliminer, mais c'est fait !

        Bon dimanche soir Laurence.

         

    26
    Dimanche 7 Mai à 16:47

    Bonjour pinson,

    Première strophe d'un poème parmi quatre autres que j'aie lus il y a peu de temps (c'est pour cela que je m'en rappelle happy) et qui s'adapte bien à ton article.

    Une trouvaille de taille que tu as faite, ton terrain doit être immense pour avoir oublié ce coin où restait la caravane. Que de souvenirs ont dû revenir en la découvrant. J'aurai fait comme toi, protéger le nid et ne plus m'approcher le temps qu'il faut. Tu as de quoi t'occuper ailleurs et ça te laisse le temps de savoir comment tu vas faire vivre ce p'tit coin de terre. T'as du boulot pinson (moi aussi d'ailleurs).

    Il m'arrive aussi de me dire que je ferai ça dans la journée et qu'en fait ça prend beaucoup plus de temps, qu' on a bien du mal à en voir le bout. Mais petit à petit ça change et finit pas devenir tel qu'on le voulait. C'est une récompense et aussi un grand plaisir de pouvoir voir ce que l'on a accomplit.

    Bonne journée et bise à toi pinson. J'ai perdu le fil du microbiote eek

     

      • Dimanche 7 Mai à 20:46

        Comme tu dis bien souvent c'est toujours une sous-estimation de durée mais il y a aussi et je suppose que toi c'est pareil, le temps que l'on prend pour admirer et parler aux belles choses que Dame Nature nous offre ; les p'tits oiseaux, les p'tites bêtes, le ciel, les p'tites fleurs et tout et tout. On a vraiment beaucoup de chance.

        Bonne soirée et bise à toi pinson.

      • Dimanche 7 Mai à 19:54
        khaz

         Éditer

        - Réponse   à   -  Mari jo  21 -  --

        Ah tu as raison, j'ai de quoi m'occuper ailleurs !

        Quand je choisis de faire un travail, en fait je remets à chaque fois à plus tard une bonne douzaine d'autres, donc le chômage technique n'est pas encore en vue.

        Et comme toi je me trompe souvent dans mes prévisions quant à la durée de telle ou telle tâche, et la plupart du temps il s'agit d'une sous estimation de sa durée. Il est toujours beaucoup plus de faire en vrai que de faire en pensée.

        Bonne soirée de ce dimanche,  Mari jo, 21.000 sabords !

    25
    L@urence
    Dimanche 7 Mai à 12:51

    coucou Pinson, serait ce avec cette caravane que tu serais venu sous Nonette, vers ce fameux pont de Pakowsky  ? Ce dernier ayant été maire mais également médecin. Ce pont à donc un rapport avec lui.

      • Dimanche 7 Mai à 15:57

        - Réponse   à   -  Laurence  -  --

        Bonjour Laurence. Non, je n'ai jamais installé ma caravane au Pont Pakowsky. Nous passions chaque année à Ste Florine, où habitaient les parents de Lulu, mais nous installions la caravane sur  la place du village et elle n'en bougeait plus durant tout notre séjour. Par contre chaque année nous allions au moins une fois, souvent plus, nous baigner dans l'Allier sous ce pont, car c'est un coin vraiment sympa. Et nous faisions en même temps l'escalade du volcan . 

        Quel beau pays que l'Auvergne !

        Bon dimanche Laurence.

    24
    héléne
    Dimanche 7 Mai à 11:27

    Mzerci de ta réponse et tes encouragements, tu es cruel pour mon jugement, je n'ai pas asHeimer; Dieu m'en  préserve...JK'ai surtp_ut besoin d'Amour'de douceur...Je m'y consacre, j'essaie de renaitre...Pas facile dans mon environnement actuel! Peux-tu le comprendre,???

      • Dimanche 7 Mai à 15:45

        - Réponse   à   -  Hélène  -  --

        Suis-je cruel ? Ce n'était pas mon intention.

        Je voulais seulement te dire la vérité sur ce que je pense très fort.  S'il fallait sur mon blog (ou dans mes commentaires) édulcorer ma pensée au point de dire le contraire de ce que je pense, je rangerais ma souris dans un tiroir et j'irais faire autre chose. 

        Je ne dis pas que tu as Alzheimer, mais je dis que ton effort pour oublier ton passé, effacer tes souvenirs, équivaut à souhaiter cette déchéance totale de toute capacité de pensée. Méfions nous de nos désirs, car ils risquent de se réaliser. 

        C'est pourquoi je m'oppose catégoriquement à ce désir d'oubli que tu mets en avant. 

        Quant à renaitre, ce n'est jamais facile, ni là où tu es, ni ailleurs. Serais-tu dans un palais avec une cour de valets autour de toi , ce serait tout aussi difficile, et même plus. Car pour renaître, il faut d'abord accepter de mourir : de mourir comment cela ?

        De mourir à ce qu'on était jusque là, c'est-à-dire  d'abandonner sa façon de penser pour en adopter une autre, radicalement différente. Si notre façon de penser ( Difficile d'enlever de notre esprit les souvenirs du passé, les moments de bonheur et ceux plus tristes des blessures de la malveillance qui nous transperce comme une flèche  ) demeure, alors il n'est pas question de renaitre, mais de demeurer tel que l'on est, telle la femme de Loth devenue statue.

        Non Hélène je ne suis pas cruel. Je sais qu'il n'est pas facile de changer. C'est pourtant le seul chemin vers la lumière. Alors je te le dis.

        Bon dimanche à l'artiste peintre que tu es.

         

    23
    Danielle
    Dimanche 7 Mai à 10:10

    Bonjour pinson en ce dimanche où souffle un fort mistral. A la lecture de ton article il est venu une image en moi, une comparaison que je n'ai pas osé exprimer et qui pourtant s'impose dans ma tête : c'est l'image de ce nid d'oiseau ! Un jour j'avais reçu un document que je vais essayer de retrouver car je l'ai certainement conservé même si j'ai perdu pas mal de choses dans les incidents de parcours de mon ordi... Quoi de plus admirable et courageux qu'un oiseau, c'est une leçon de persévérance qu'il nous donne. Lorsqu'il a fait son nid au prix de tant d'efforts, allant chercher herbe sèche, brindilles et autres matériaux, parcouru des distances qu'on a du mal à imaginer avec son précieux chargement, s'activant en permanence pour accomplir sa tâche pendant des jours ou des semaines... parfois ce nid est détruit (souvent) accidentellement ou pas (hélas). Alors l'oiseau ne se décourage pas, il recommence son admirable travail, si précieux pour lui, il continue sans faiblir, patiemment il reconstruit, il continue ! Et bien c'est la comparaison que j'établis avec toi : tu persistes, tu progresses, tu construis sans jamais te lasser et tu avances vers le but que tu veux atteindre !!! Même si tu as choisi ton pseudo par hasard, je crois qu'il te va bien, il te correspond si on enlève le terme de "déplumé" car ça c'est faux smile mais tu as la volonté et la persévérance d'un oiseau. Bon dimanche pinson du Gâtinais, ménage-toi quand même... Danielle

      • Dimanche 7 Mai à 15:13

        - Réponse   à   -  Danielle  -  --

         

        Bonjour Danielle. Pas de vent ici, mais un temps humide et un peu de douceur qui revient. Et même quelques rayons de soleil. Un temps excellent pour planter, ce que donc j'ai fait ce matin dans mes îles-jardins : 2 pieds de courgettes longues, 2 de concombres, 2 de cornichons, et de potimarrons, 2 de butternut, et 10 de tomates (4 cerises, 4 noires de Crimée, 2 green zébra, qui viennent s'ajouter aux 6 pyros déjà en place) !

        Le tableau que tu fais du courage invincible et admirable de l'oiseau est parfaitement exact, et c'est en le réalisant que je fus immédiatement bloqué dans mon action à l'instant même où j'ai vu le nid et l'oeuf. Plus question de poursuivre mes plans. Le vais attendre, et même la fin de l'été, car souvent l'oiseau pond une seconde série d'oeufs pour une nouvelle couvaison juste après la première, qu'elle ait été un succès ou un échec.

        Ai-je la même force que cet oiseau ? Pas sûr. Ceci à cause de la complexité de notre psychisme. L'oiseau ne poursuit qu'un but : perpétuer l'espèce. Il est prêt à sacrifier sa vie, s'il le faut, pour l'atteindre. Nous avons d'autres buts, et d'abord celui de "réussir" notre vie, de nous " réaliser ", nous " épanouir ", ce qui donne une importance phénoménale à ce petit tortillon de chair que nous appelons notre nombril, un peu comme si c'état le nombril du monde ! 

        Par contre ce qui est vrai, c'est que  depuis que je vois clairement ce que je veux faire, et malgré ma capacité de travail vraiment réduite, les choses avancent et se modifient, dans le sens prévu. Et c'est une grande satisfaction quand je m'aperçois parfois du chemin parcouru.

        Bon dimanche, mouette d'Occitanie !

    22
    héléne
    Dimanche 7 Mai à 09:28
    J'ai lu et relu tes mots sur les tâches dites humbles. Oui, au premier je mettrais quant à moi le nettoyage dans nos pensées est très important. Difficile d'enlever de notre esprit les souvnirs du passé, les moments de bonheur et ceux plus tristes des blessures de la malveillance qui nous transperce comme une flèche. Bah...oublions le passé, revenons aux travaux quotidiens, un jour triste, un jour gai. Je suis émue par la caravane symbole d'une partie de vie heureuse! Mais, je te comprends car j'essaie chaque jour d'effacer les souvenirs, guère facile dans le milieu où j'ai échoué! Les oeufs sont le côté attendrissant, tourné vers les jours meilleurs. Alors continue, avec courage d'élaguer les arbres, la lumière jaillerza mieux dans ton espace environnement et dans ton esprit. NON RIEN DE RIEN,JE NE REGRETTE RIEN... chante Edith PIAF...J'essaie de la suivre. Amicalemen.t
      • Dimanche 7 Mai à 10:00

        - Réponse   à   - Hélène  -  --

        Oublier le passé ? Effacer les souvenirs ? 

        NON, non et non !!!!

        Cet oubli là a un nom : il s'appelle Alzheimer.

        Nettoyer son esprit ne signifie pas détruire la moitié de son cerveau. Il ne consiste pas non plus à éliminer nos "mauvais souvenirs " en gardant les bons. Cela est aussi vain que chercher à arracher l'ivraie pour ne garder que le blé : ce genre d'opération conduit tout simplement à la catastrophe. Ce qui nous a blessé dans le passé est au moins aussi important dans ce que nous sommes aujourd'hui que ce qui nous a procuré du plaisir.

        Nettoyer son esprit, c'est autre chose : c'est transfigurer le passé, sans en rien retirer. C'est arracher de son coeurs les regrets, mais aussi et surtout les aigreurs, les accusations dirigées contre les autres (ces malveillants qui nous auraient transpercés de flèches !). Rester dans cette rancoeur est le meilleur moyen de se vouer soi-même au malheur.

        Alors oui, sans le vouloir, j'ai terminé mon article par des oeufs dont vont sortir des oiseaux chanteurs.

        Ce dont il s'agit pour nous aussi c'est tout simplement de renaitre ! 

        Alors bon dimanche Hélène, dans la nouveauté du monde !

    21
    Simone
    Samedi 6 Mai à 15:11
    Tu as bien raison d' attendre Mr K pour ne pas déranger la merlette. En attendant.........tu pourrais venir chez moi, il y a plein de déblayage à faire, ma soeur ayant la fâcheuse habitude de tout collecter et de ne jamais rien jeter, et comme elle m' interdit de toucher à ces affaires stockées depuis des années et jamais touchées depuis.....tu imagines !!!! Et puis le jardin aussi aurait besoin de déblayage.....toi qui a de l' expérience en ce domaine....En échange, je te ferais du couscous et des aloses sur lit d' oseille......... lol !
      • Samedi 6 Mai à 18:03

        - Réponse   à   - Simone  -  --

        Ah ta proposition est alléchante, et semble honnête, mais si je m'attire les foudres de ta soeur.. le risque est à prendre en considération .... Et qui va arroser mes îles-jardins quand la pluie va s'arrêter ? 

    20
    Danielle
    Samedi 6 Mai à 10:48

    Bonjour pinson, ces vers de Verlaine qui présentent ton article sont particulièrement bien choisis. La vie humble demande pourtant beaucoup d'amour, énormément de persévérance, de la volonté ! Certaines tâches ne sont pas faciles à accomplir, ces gestes familiers, ces occupations quotidiennes, des gestes simples qui font partie de notre vie demandent beaucoup de ténacité et de patience, du temps ! On peut trouver du contentement dans les travaux les plus humbles mais ensuite quelle satisfaction devant le travail accompli ! Ca me fait penser à la mère de famille qui prépare les repas, qui accomplit inlassablement les mêmes gestes, quelle responsabilité qui souvent n'est pas considérée, et pourtant... la somme de travail est considérable et nécessaire et il faut de l'amour, l'amour de soi et l'amour des autres. Ta relation avec ton jardin est faite elle aussi de beaucoup d'amour, celui des arbres, des plantes mais surtout celui de la terre à laquelle tu donnes vie, tu l'enrichis, tu la respectes, tu la valorises. Là aussi c'est une preuve d'amour, c'est difficile et c'est "une oeuvre de choix". Ton "sous-bois" se transforme en prairie et laisse passer la lumière mais quel travail, quelle volonté ! Cette vieille caravane faisait partie du temps passé, un temps qui ne reviendra plus et tu as raison, c'était une coquille vide qui était il y a très longtemps pleine de joie et de rires, d'agitation, de vie... mais qui n'était plus qu'un objet inutile et silencieux, triste et abandonné. Donc elle n'est plus là et c'est très bien, ce genre de décision est difficile à prendre mais elle ne représentait plus rien maintenant. Par contre le nettoyage est un travail immense et indispensable mais cet emplacement te donnera un espace vide que tu sauras employer, j'en suis certaine yes La présence de ce nid de merle a quelque chose de très fort, la vie est là... Très bonne journée pinson, on peut dire que tu ne t'ennuies pas ! Danielle

      • Samedi 6 Mai à 13:54

        - Réponse   à   - Danielle  -  --

        Bonjour mouette. Cela est une " découverte " que je fais maintenant avec une sorte d'étonnement : l'importance des tâches ménagères quotidiennes : cuisine, ménage, et tous les travaux d'intérieur .... J'aime bien faire la cuisine, mais de temps en temps seulement ! Bien souvent ça me casse les pieds et je suis souvent  tenté d'utiliser des expédients : ouvrir une boîte de sardines est tellement facile.

        Je dois donc avouer que ce sont les travaux d'extérieur qui absorbent une très grande partie de mon énergie. Et pourtant c'est vrai que de nettoyer une pièce me procure de la même façon une grande satisfaction !

        La caravane ? La supprimer m'est soudain apparu comme un acte de salubrité indispensable. Non seulement libérer l'espace et le rendre à la simple respiration du vent, mais libérer mon esprit lui-même qui était comme momifié dans ses souvenirs. Ce qui ne veut pas dire que je vais oublier nos folles virées, mais je vais leur donner des ailes !

        Bon samedi Danielle, et bon dimanche demain, citoyen et perso !

    19
    Dominique PB
    Samedi 6 Mai à 09:54

     Comme est pertinente cette citation de Verlaine! Elle fait écho, pour moi à une autre ( de Nicolas Poussin ) que j'essaye de suivre dans ma vie:

           CE QUI VAUT LA PEINE D'ETRE FAIT MERITE D'ETRE BIEN FAIT. 

    Tu as entrepris là une grande entreprise! "Grande" dans les 2 sens: considérable et de valeur.

    Mais c'est chouette que tu aies choisi d'arrêter ce travail, dans un endroit, pour ne pas déranger une petite famille d'oiseaux...

                               Courage pour l'avancée de cette gigantesque entreprise!

                                                                                                                    gros bisous,

                                                                                                                                                            Dominique PB

      • Samedi 6 Mai à 13:40

        - Réponse   à   - Dominique PB  -  --

        Merci Dominique PB, me voici doublement encouragé pour continuer mon entreprise de rénovation.

        Il s'agit d'une rénovation matérielle touchant mon environnement, mon cadre de vie, c'est vrai. Mais je suis de plus en plus persuadé  que ces choses matérielles, qui donc se voient, peuvent se décrire, être photographiées, ont une correspondance dans la psyché, dans l'état de l'appareil psychique, et que modifier son cadre de vie est la partie visible d'un changement plus profond et bien plus essentiel qui est la modification de soi-même. 

        Nous sommes des êtres incarnés, et on ne peut pas modifier notre esprit si on ne modifie pas en même temps notre corps et son mode de fonctionnement, nos actions, notre environnement. Nettoyer une pièce encombrée va beaucoup plus loin qu'on ne peut le croire. C'est peut-être de là que jaillit la bouffée de joie libératrice quand on termine un travail de ce genre  et qui a été bien fait, comme tu le dis.

        Et si j'en juge par le travail matériel qui me reste à accomplir, et bien cela veut dire que j'ai encore à accomplir un bien grand travail sur moi-même !

        Bisous pour toi, ma chère Dominique. 

    18
    Samedi 6 Mai à 08:40

    un poème de Verlaine tout à fait de circonstance

    Décidément Kasimir et son domaine nous étonneront toujours

    courage !!!

    dominique

     

      • Samedi 6 Mai à 13:17

        - Réponse   à   - LMPT 73  -  --

        Bonjour Dominique 73 ! 

        Qu'ai-je donc fait pour provoquer ton étonnement ? 

        Je me garde bien habituellement  de montrer des zones encombrés, en travaux. Pourtant elles ne manquent pas. Bien sûr elles ne manqueront jamais, mais j'aimerais que leur proportion diminue.

        Merci de m'encourager 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :