• - C'est alors que la pluie se mit à tomber... -

     

    Nous étions un groupe d'amis.

    Famille ? Peut-être.

    Dans un pays étranger.

    Nous entreprenions une balade

    sur une sorte d'immense colline faite de sable.

    A la différence d'une dune, qui présente des arêtes, des versants opposés,

    cette colline, faite d'un sable fin, était parfaitement arrondie.

    Nous la gravissions sans aucun effort.

    L'air était léger, empli de lumière et de bonheur.

    Les pentes de cette immense colline rejoignaient l'horizon

    sans que l'on puisse distinguer quoi que ce soit dans une sorte de brouillard lumineux.

    Nous ressentions une seule chose : nous étions très haut au-dessus de cet horizon,

    et dans une sorte de béatitude partagée par nous tous.

    Quelques-uns formèrent une ronde,

    se tenant par la main.

    Presque tous se joignirent à cette ronde .

    Je ne la rejoignis pas, ainsi qu'un petit nombre d'entre-nous.

     

    ................................................

     

    Tout était joie et ravissement.

     

    ................................................

     

    C'est alors que la pluie se mit à tomber...

    Une pluie si fine et si légère, si agréable, qu'elle ne nous mouillait pas

    ne faisant d'abord qu'ajouter  à la perfection de ces instants.

    Elle ruisselait gaiement le long de nos corps, 

    et bientôt sur le sable lui-même.

    Quand il fut imbibé d'eau

    de petits ruisseaux s'y formèrent,

    se transformant rapidement en une multitude de minuscules torrents.

    Et la pluie, fine et douce, se poursuivait, s'intensifiait même.

    A un point tel qu'on ne voyait plus le ciel

    mais seulement le rideau de pluie.

    La ronde des joyeux danseurs disparut elle-même.

    L'idée me vint qu'il serait mieux de la rejoindre et de se tenir tous par la main

    afin de ne pas être perdu dans un monde sans limite ni repère.

    Mais pas sûr que cela soit encore possible.

    Que devenait la ronde elle-même ?

    ..................

    Cette fois le sable lui-même se mit à  bouger sous mes pieds,

     commençant à descendre le long de la pente,

    m'entrainant dans sa descente.

    Descente vers où ?

    Vers une zone où il y aurait bientôt plus d'eau que de sable !

    Une zone d'angoisse absolue.

    ...................

     

    Une seule chose  à faire : 

    me réveiller.

    Ce que je fis aussitôt. 

    A la différence d'un cauchemar je n'éprouvais aucune angoisse

    seulement un vrai sentiment de soulagement :

    ce n'était qu'un rêve.

    Ouf !

     

     

    .........................

     

     

    Toutes mes excuses d'avoir rapporté ce rêve,

    étrange, angoissant, et où il ne se passe presque rien.

    La plupart de mes rêves  sont plus charpentés que celui-ci

    et bien plus agréables, au point que je les attends avec une grande curiosité.

    Mais toutes mes journées se suffiraient pas

    à vous conter mes rêves de la nuit.

     

    Je préfère aller travailler au jardin.

     

    Je vais  vous mettre  quelques photos pour me faire pardonner !

     

    .....................................................

     

    Un coin que je viens de nettoyer de tous les taillis qui l'encombraient et l'obscurcissaient.

     

     

    - C'est alors que la pluie se mit à tomber... -

     

     

    C'est le bord Est de l'étang (vide).

    Je n'ai gardé que les bouleaux.

    Les 2 frêles tiges qui penchent sur la gauche aussi :

     

     

    - C'est alors que la pluie se mit à tomber... -

     

    ce sont 2 petits noyers, j'espère qu'ils vont se fortifier, se redresser,

    et ... dans quelques années ... donner des fruits !

     

     

     

    Dans le même secteur j'ai de nombreuses renouées du Japon,

    ces plantes elles aussi rangées parmi les invasives

    et pourchassées à ce titre

    comme jadis on pourchassait les sorcières.

    Moi je les accueille et les chouchoute comme d'autres recueillent des chats !

    Regardez celle-ci :

     

     

    - C'est alors que la pluie se mit à tomber... -

     

    on croirait qu'elle fait déjà son show d'automne.

    Ah que j'aime le port de ses branches !

     

     

    C'est pourtant vrai, l'été marche vers sa fin.

    Cela se voit dans un autre lieu où les physalis rougissent leurs lampions.

     

     

    - C'est alors que la pluie se mit à tomber... -

     

     

    Comme elle est bonne la petite baie rouge qui se cache dedans !

     

     

    Dans la zone la plus sauvage de la rocaille sont apparues les fleurs des cyclamens.

     

     

    - C'est alors que la pluie se mit à tomber... -

     

     

    On pourrait croire que les fleurs sont prêtes à s'envoler.

     

     

    - C'est alors que la pluie se mit à tomber... -

     

    Sont-elles impatientes ?

    Les feuilles ne semblent pas pressées de les rejoindre.

     

    Mais que de variétés dans les plantes qui nous entourent.

     

     

    ...................................

     

     

    Bon dimanche

    et bonne semaine.

     

     

    ***

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    23
    Fan
    Jeudi 31 Août à 12:29

    ... bonjour Kasimir, il pleut après des jours de chaleurs, il fais gris et... nous sommes presque des orphelins,

    plus de belles images de ton jardin, rien! Alors quoi? Serait-tu parti dans le Sud?

    Mille belles pensées du lac... 

      • Jeudi 31 Août à 14:23

        - Réponse   à   - FAN -  -

        Je me suis demandé de quoi pouvions nous bien être orphelins ? 

        J'ai pensé du soleil, si le temps est gris, mais le changement incessant de l'aspect du ciel est bien se qui caractérise nos heureux pays dits tempérés, zone où se mêle en permanence l'air arctique et l'air tropical.

        Et puis non, il semblerait que tu fais référence à ce que je n'ai rien publié depuis une semaine . Quel honneur tu me fais !

        Je vais regarder dans mon apn si j'ai des choses à vous proposer.

        Bonne journée au bord de ton lac !

    22
    Danielle
    Dimanche 27 Août à 09:49

    Bonjour pinson, ah la pluie, ce n'est qu'un rêve différent du tien certes mais ça reste dans mon imagination. Aujourd'hui j'étais persuadée qu'il allait pleuvoir, qu'enfin cette eau allait nous apporter un peu de fraîcheur, abreuver la terre, laver la végétation... et non, il fait toujours aussi chaud, aussi sec même si quelques petits nuages blancs et légers parsèment le bleu du ciel. Toujours mes petites hirondelles sur le mât du bateau, les mouettes et goélands se reposant béatement sur un étang lisse comme un miroir et des jolies tourterelles sur le bord du toit, joli spectacle sur fond de plumbagos qui résistent et qui fleurissent encore et encore. Tes physalis, où en sont-ils ? Et les cyclamens, est-ce que les feuilles sont enfin là ? La couleur de leurs fleurs est tellement douce qu'elle mériterait bien un peu de verdure pour saluer leur beauté smile Bon dimanche dans la verdure pinson, ce n'est pas ici que tu pourrais faire un matelas d'herbe à tes îles-jardin. Danielle

      • Dimanche 27 Août à 10:46

        - Réponse   à   - Danielle -  -

        Bonjour mouette. Pluie ou sécheresse... ce sont des états qui, l'un comme l'autre, ont des avantages et des inconvénients. J'avais une splendide récolte de tomates en perspective, mais les pluies récentes et répétées ont changé la donne.

        Les tomates ont d'abord vaillamment résisté, résisté, résisté puis d'un seul coup elles ont été vaincues par le mildiou : en l'espace de 8 jours la totalité du feuillage est devenue noire comme du charbon !  (A l'exception des pieds qui étaient dans les îles jardin de l'étang...)

        Cela m'a fait penser à un match de judo : un combat longtemps indécis, qui s'achève sur un ippon. Bravo la pluie ! Adieu tomates ! 

        J'essaierai de faire mieux l'an prochain. Une serre ??? J'en meurs d'envie !

        Bon dimanche Danielle.

    21
    Mardi 22 Août à 20:54

    Quel bel accueil sur ton blog .

    j'ai cru que ton rêve était un souvenir de voyage ou de vacances en commençant de le lire .

    Je me souviens très rarement de mes rêves ou de mes cauchemars .

    Ton jardin c'est le paradis sur terre .

    Bonne soirée Amikas

    Nicole 

      • Jeudi 24 Août à 13:27

        - Réponse   à   - ALN 03 -  -

        Et bien non, Nicole, ce n'est pas le souvenir d'un voyage. Je me suis bien demandé  (une fois réveillé) si cela pouvait avoir un rapport avc la dune du Pilat, mais non, c'était bien plus vaste.

        Bonne journée, en cette fin d'été.

    20
    Mardi 22 Août à 19:11

    Bonsoir pinson,

    Rien que la lecture de ton titre donne envie de savoir la suite. 

    On dirait que tu as fait un beau voyage qui t'a emmenait vers les portes de l'éternité. 

    Ton rêve me plait beaucoup. Tu contes si bien que je suis transportée comme si je faisais partie du voyage. Il n'y a pas une ligne où je ne suis pas, où je sors de ton récit. 

    Le plaisir de ton jardin. Décidemment, j'ai encore une chose en commun avec toi. Le Noyer. J'ai un noyer et je l'ai laissé comme tes deux petits et maintenant, il commence à être grand et il s'en va là où il ne faut pas. En général, je laisse aller mais là, je n'ai pas le choix et je suis à la recherche d'une idée pour lui mettre un sacré tuteur et c'est surtout la profondeur qu'il me faudra pour qu'il le tienne. Comme qui dirai je suis un peu dans le caca. Surtout qu'il s'en va à l'ombre ; il doit être comme moi, fuir le soleil.

    Il va falloir que je regarde bien, car il me semble que ce sont des Renouées du Japon que j'aie aussi. Qui ont poussé comme ça. Tes p'tites Cyclamens sont mignonnettes tout comme tes Physalis.

    Je pense que le bel automne sera là avant l'heure car ici la Vigne Vierge a déjà pris des couleurs.

    Merci pinson pour ce beau récit et cette agréable promenade dans ton jardin.

    Bonne fin de journée et bise à toi pinson.

     

     

      • Jeudi 24 Août à 17:46

        Bonjour pinson,

        J'ai bien fait de t'en parler, je peux effacer l'idée du tuteur et merci pour le conseil.  Et du coup, je reste sur ma pensée, que le Poirier que j'ai fait abattre, devait le gêner et qu'il a été cherché la lumière là où il penche. Mais comme tout pousse vite, là où il cherchait cette lumière, maintenant il se trouve désormais à l'ombre. Peut-être va-t-il se redresser doucement au fil les années sans le Poirier. Il était déjà là lorsque je suis arrivée, donc il n'est pas tout jeune. 

        J'avoue que mettre une sangle et un câble oui, ce n'est pas beau du tout, surtout pendant des années. C'est ce que mon mari avait fait avec mon petit-fils et j'avoue que ce n'est pas esthétique (ça ne me plaisait pas du tout mais bon...). Et comme l'arbre est le plus fort, le résultat n'a pas été bon. Comme tu le dis, mieux vaut laisser faire la nature.

        Bonne fin de journée et bise à toi pinson.

      • Mardi 22 Août à 19:32

        - Réponse   à   - Mari jo 21 -  -

        Bonsoir Mari jo.

        Merci à toi pour tes commentaires si riches et si sympathiques.

        Tu as un jeune noyer qui penche. Pour le redresser utilement il faudrait tout d'abord comprendre pourquoi il penche. Car je doute fort qu'un tuteur puisse être mis en place et se montrer efficace. Tout dépend de sa taille, de ses dimensions, de son âge.

        Dans le cas des miens, je sais pourquoi . Ils poussaient dans un épais taillis de saules marsault (que j'ai entièrement supprimé), alors ils cherchaient la lumière comme ils pouvaient. Je me dis que maintenant qu'ils sont en liberté dans la lumière, il vont se redresser eux-mêmes en quelques années. J'ai pensé à leur mettre une sangle et un cable  fixé à son autre extrémité à un bouleau et de les redresser de force. Mais laisser cet installation 4 ou 5 ans ne me réjouissait pas trop. Alors je laisse la nature faire comme elle l'entend, et à son rythme.

        Bonne semaine Mari jo.

    19
    Danielle
    Lundi 21 Août à 09:40

    Bonjour pinson-rêveur, je reviens voir ton article... et les physalis que j'aime beaucoup mais que je préfère appeler "l'amour en cage" smile d'ailleurs avec ma soeur nous les appelions ainsi et on en faisait de beaux bouquets, tout ça est si loin... Ce joli coeur qui s'ouvre et laisse apparaître cette petite baie, ce fruit qui ressemble à une tomate-cerise bien juteuse. J'en ai vu plus ou moins orange, plus ou moins rouge, c'est très décoratif mais j'ignore le nom de "l'enveloppe" colorée qui protège le fruit, cette jolie lanterne qui rappelle les lampions des retraites aux flambeaux qui font la joie des enfants les soirs de fête, du moins dans le Midi... ailleurs je ne sais pas trop. Tu m'avais expliqué que ces fruits étaient pleins de vertus et notamment riches en vitamine C et pourtant ils semblent bien ignorés.

    Que de choses à faire, que de projets pour aménager les abords de l'étang (ou le cratère) mais les renforts vont arriver et les quelques heures passées ensemble t'apportent de la joie au coeur et une aide appréciable, motivante, le travail en famille stimule yes. Ah vivement le milieu de la semaine à venir car aujourd'hui la ville est engorgée (tous les jours d'ailleurs mais aujourd'hui tout particulièrement), c'est la fête  avec les tournois de joutes, les défilés, musiques, expositions, concerts et animations de toutes sortes, des dizaines de milliers de personnes déambulent, la ville est inaccessible et ces blocs de béton et ces renforts de police partout, c'est rassurant mais le côté festif n'est plus du tout le même, si nos anciens voyaient ça... je crois qu'il est préférable que je me taise !!!! Alors je te souhaite une belle journée pleine de soleil, si tranquille dans ton jardin. Danielle

      • Lundi 21 Août à 10:49

        - Réponse   à   - Danielle -  -

        Bonjour mouette sudiste. L'amour en cage est le nom le plus poétique donné à ce fruit qui vient d'Amérique tropicale, mais qui a conquis le monde entier, d'où une multitude de noms ! Cerise de terre, cerise de Jérusalem, groseille du Cap, lanterne vénitienne, lanterne chinoise, alkékenge, coqueret , pok pok (à Madagascar)....

        La variété qui pousse ici est le coqueret, dont le "lampion" (formé par le calice de la fleur) est de cette belle couleur presque rouge, espèce vivace qui repousse chaque année et c'est bien commode ! 

        Dans le commerce se vend le physalis du Pérou, dont le lampion est jaune pâle, et la cerise orange, plus douce que celle du coqueret, mais c'est une espèce qui demande beaucoup de chaleur, et il faut ici la ressemer tous les ans.  

        Quant à l'intérêt de ces fruits au point de vue santé, ils sont exceptionnels, j'en reparlerai sans doute. 

        Tu nous parles de l'agitation festive dans ta ville... une telle excitation permanente tout l'été touche un peu à la folie. Elle me fait penser à ce qu'est pour notre corps une inflammation intense, et si cette inflammation dure trop... bonjour les dégâts !

        Une seule solution : s'enfuir et se cacher dans son jardin ! 

        Bonne semaine Danielle.

         

    18
    héléne
    Lundi 21 Août à 09:19

    j'aime  beaucoup ta phrase d'accueil sur le bandeau, si proche de la vérité...Ton rêve fait de joie et d'angoisse reflétent t les aléas dela vie.Je rêve souvent avec angoisse d'une femme qui cherche la sortie d'un labyrinte! Le réveil me rassure.  Au bout du couloir il y a toujours une issue de secours!

    Alors tu peut rêver de ton jardin comme un oasis de paix où la nature est prés de toi.....

    Belles photos

      • Lundi 21 Août à 10:23

        - Réponse   à   - hélène -  -

        et oui, la vie nous offre joie et angoisse, joie d'échapper à l'angoisse, angoisse de perdre la joie : c'est comme les palpitations d'un coeur, nous ne pouvons donc pas échapper à cette alternance incessante.

        Bonne semaine Hélène.

    17
    Fan
    Dimanche 20 Août à 18:57

    ... merci pour tes explications sur l'inconscient, je vais les relire. Il y a 3 jours j'avais un horrible rêve, pas lumineux du tout... mais ton jardin est beau, heureusement. Je songe à préparer une exposition lieu et date encore plus que vague, une sorte d'hommage à la nature, je veux la nommé "du bord des chemins" des petits choses (plantes, branches etc) présenter sous forme de petites livres (papier fait main aussi)  uniques. Dire, que tu m'a beaucoup inspiré! Oui, j'ai toujours ma ruche en paille elle trône au salon!

    Beau fin de week-end, la fan du lac.

      • Dimanche 20 Août à 19:48

        - Réponse   à   - FAN -  -

        Ton projet d'exposition me parait très prometteur. J'espère que tu nous tiendras au courant et que nous pourrons d'une façon ou d'une autre  voir tes réalisations. La nature , dès qu'on la scrute, débouche toujours sur l'infini, même dans les petites choses, ces petits objets que l'on trouve "sur le bord du chemin". 

        Bonne semaine FAN.

    16
    Simone
    Dimanche 20 Août à 14:13
    Alors comme ça, tu entretiens une geisha dans ton jardin !!!
      • Dimanche 20 Août à 14:20

        - Réponse   à   - Simone -  -

        non pas une mais mille ... au moins

        quand on aime, on ne compte pas !

    15
    Dominique PB
    Dimanche 20 Août à 09:42

      Etrange ton rêve ( pléonasme ). J'essayais de me demander si j'étais là lors de cet événement, avant de savoir que c'était un rêve ( heureusement! )

      Tu as bien travaillé sur le bord Est de l'étang! Mais j'imagine qu'il doit en rester, t'en fais pas, nous arrivons bientôt...

                               Très beaux, les nouveaux mots d'accueil de ton blog! 

                                                                                                                                       Dominique PB

      • Dimanche 20 Août à 12:04

        - Réponse   à   - Dominique PB -  -

        Bonjour ma chère fille. 

        Non, tu n'étais pas là, de même que personne nommément. Ce qui veut dire que tu étais là bien sûr, mais à la façon du rêve, qui est une production de notre pensée inconsciente, laquelle ne connait pas les catégories de la famille, ni celle des lieux, ni celle du temps. L'inconscient est hors de ces distinctions.

        Enfin oui et non, car ce qui parvient à notre conscience est une sorte de compromis entre deux "pensées" radicalement différentes, d'où souvent beaucoup d'incohérences, de contradictions. Exemple : l'inconscient ne connait pas la mort, ni la notion d'âge, l'inconscient évolue dans l'éternité. Notre conscient au contraire connait l'angoisse de la mort. Pour que les contenus de notre inconscient parviennent sur la scène de notre conscient, il faut qu'ils en revêtent les lois comme un comédien peut revêtir le costume d'un personnage très différent de lui. 

        Oui oui, il reste beaucoup de travail ! Et j'hésite concernant ce que je vais vous proposer. Extraction de terre dans l'étang ? Ou ailleurs ? Ou bien couper une forêt de bambous ? Ou planter des choux ? 

        Bof, il peut me venir encore d'autres idées. J'ai 35 arbres à abattre en priorité, 5 résineux, dont deux grands pins sylvestres, et 30 chênes, dont au moins six sont assez gros. Alors tu vois , il y a le choix. Je compte bien sur votre aide !!!!!!!!!!!!!!

        Bisous doux.

    14
    Danielle
    Dimanche 20 Août à 09:09

    Bonjour du dimanche pinson, quel drôle de rêve : les amis, la famille réunis dans un cadre inconnu mais rempli de lumière et de bonheur, une colline harmonieuse et douce faite de sable fin dans ce halo de luminosité, le bonheur, la joie, une euphorie paisible et le ravissement de l'instant présent. Cette ronde humaine qui se forme spontanément est l'expression de cette envie de se rejoindre, de communiquer pour exprimer un bien-être total, planer au-dessus de la réalité et partager cette félicité, ce rêve. Oui mais voilà ces instants privilégiés ne doivent pas faire oublier cette réalité, la nature n'est pas que ravissement et nous fait reprendre pied avec vie réelle, elle est là, elle nous rappelle qu'elle existe et qu'il faut prendre conscience qu'elle est toujours forte et présente, en somme il faut garder les pieds sur terre ! Vivre dans le rêve c'est beau et agréable, le bonheur absolu... mais la vie n'est pas que ça, elle est instable... la terre aussi. Ton terrain transformé est la preuve que la nature est belle mais qu'il faut l'aider à le rester, lui donner de l'amour et du temps, faire rentrer la lumière et les soins dont elle a besoin... mon interprétation de ton rêve est peut être un peu "à côté de la plaque" ou "hors sujet" mais c'est ce que je ressens à travers tes lignes ! 

    J'adore les lampions des physalis, ils sont comme les signes d'une fête joyeuse dans ton jardin, et les cyclamens... comme ils ont prospéré, ils saluent tes efforts, tes soins attentifs et ils te remercient. Mais j'ai déjà été bien longue, il faudra que je revienne smile, les mouettes sont bavardes, c'est bien connu (!). Passe un bon dimanche pinson-jardinier, en espérant que le temps est favorable mais la pluie ne te dérange pas, au contraire. Danielle

      • Dimanche 20 Août à 11:37

        - Réponse   à   - Danielle -  -

        Bonjour mouette bavarde !

        C'est bien volontairement que je n'ai pas indiqué tout ce à quoi m'a fait penser ce rêve, lequel commencé dans la plus exquise douceur, s'est progressivement (comme la nuit succède au jour) mué en une angoisse profonde devant une menace d'anéantissement, devant mon impuissance à entreprendre quoi que ce soit pour préserver la vie. Bien sûr la première est la prise de conscience de l'extrême fragilité de nos bonheurs.

        Ton interprétation n'est pas hors sujet, car l'inconscient ne livre jamais ses secrets si on l'aborde avec des catégories rationnelles. On le verrouille au contraire si on l'encadre avec des lois. Il faut bien plutôt laisser sa pensée vagabonder là où elle veut bien, sans aucune idée préconçue. C'est alors qu'on rejoint le chemin du rêve, chemin de totale liberté, en s'abandonnant à l'inattendu lequel va jaillir (peut-être) dont ne sait où.

        J'aime cette idée que les coquerets sont comme le signe d'une fête au jardin. Les cyclamens, je vais enrichir leur sol en déposant simplement un peu de bon compost bien évolué sur le paillage de feuilles mortes qui les entoure. Cela aidera à augmenter la couche d'humus qui les nourrit et les protège.

        Pas de pluie aujourd'hui : tous les travaux vont pouvoir reprendre: travaux qui sont participation à la vie de ce petit coin de nature dont j'ai le gardiennage provisoire.

        Bon dimanche Danielle.

         

    13
    Dimanche 20 Août à 07:36

    quel beau titre et quel beau conte ou rêve

    Tu as failli rejoindre le paradis éternel

    Attends un peu ; ton jardin te réclame encore

    dominique

      • Dimanche 20 Août à 08:35

        - Réponse   à   - LMPT73 -  - -

        C'est bien ce que je me dis, rien ne presse ! De plus je suis loin d'avoir fini mon travail de transformation. Au bas mot j'en ai au moins pour une bonne trentaine d'années. Ensuite on verra.

        Belle journée Dominique.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :