• - Naissances et renaissances dans la rocaille -

     

     

    Bonjour à tous !

     

    Ma première  promenade en sortant le matin, c'est de faire un petit tour de rocaille, et d'examiner les nouveautés apparues durant la nuit. Et il y en a toujours. Ainsi un certain matin de cette semaine où j'ai vu qu'enfin la Belle de jour avait fleuri

     

     

    - Naissances et renaissances dans la rocaille -

     

     

    Des fleurs assez discrètes il est vrai.

     

     

    - Naissances et renaissances dans la rocaille -

     

     

     

    Hélas ..... parait qu'en fait c'est une belle de nuit

    Autrement dit elle fait la fête quand je ne suis pas là !

    Une de ces nuits je vais sortir en douce à 2 H du mat avec une lampe électrique

    pour la prendre sur le fait !

    Cette plante a un nom latin superbe : 

    Mirabilis jalapa

     

    Elle fait le bonheur des scientifiques car elle n'obéit pas aux lois de Mendel . 

    Et elle possède encore d'autres particularités très étonnantes.

    Chaque plante, certes, abrite de nombreux mystères,

     pour mirabilis jalapa, c'est encore plus vrai.

     

     

    Mais en lui tournant autour, j'ai fait une autre découverte qui m'a rempli de joie !

     

     

    Il y a plus de trente ans, je connaissais en Auvergne un professeur fin connaisseur des plantes : Ernest Grenier.

    Et chaque année nous faisions des expéditions dans les montagnes auvergnates.

    Une fois il m'a fait découvrir une plante semi-aquatique qui, à ce moment-là, proliférait dans des ruisseaux dévalant les pentes, en se comportant un peu comme du cresson de fontaine (plus ou moins totalement immergée dans les eaux qui étaient abondantes à cette période).

    Il m'avait longtemps conté son histoire en cohabitation avec les hommes, cohabitation fort ancienne. Il m'avait assuré que les montagnards italiens la consommaient régulièrement, soit dans leurs soupes, soit en salade. Riche en vitamine C, elle les protégeait contre le scorbut spécialement pendant les longs hivers.

    Cette plante est une bénédiction !

    On la trouve jusqu'à 2.500 mètres d'altitude.

     

    Cette plante est une véronique, la véronique beccabongue

    nommée par Linné  Veronica beccabongua.

    On la nomme aussi :

    Véronique des ruisseaux

    Cresson de cheval

    Salade de chouette.

     

    Il m'avait décrit son action bénéfique pour les intestins (on ne parlait pas encore à cette époque de microbiote !!!) en m'expliquant que son nom de " Beccabongua " était sans doute une onomatopée évoquant les bruits que font les gaz intestinaux quand ils circulent en trop grand nombre dans les boyaux ! Ces bruits que l'on appelle des borborygmes, mot curieux qui lui-même ressemble fort à une onomatopée. Mais cela indiquait que l'usage de cette plante était capable de soigner ce genre de troubles digestifs. 

    Cette plante, de la même famille que le plantain, que les linaires, a des particularités bien intéressantes. Elle peut se reproduire par voie sexuée, mais pas que. Elle utilise aussi la voie du clonage : elle laisse s'échapper des petits paquets de cellules qui vont flotter sur l'eau, être emportés dans le courant, pour finir leur course beaucoup plus loin.

     

    Bien sûr, à l'époque de ces balades auvergnates,  j'avais pris des boutures de cette véronique et  l'avais cultivée plusieurs années dans mes minuscules  pièces d'eau (là où l'eau est un peu courante). Puis sans doute l'ai-je négligée : elle a disparu.

    Or voici ce que j'ai vu au pied de cette belle de nuit.

    Regardez à nouveau la première photo.

     

    - Naissances et renaissances dans la rocaille -

     

    Au pied de la belle de nuit, juste à côté de la rose d'Inde.....

    voyez-vous ce que je vois ?  

    Oh mon coeur a bondi quand j'ai vu ces petites feuilles arrondies !

    Car j'ai reconnu cette petite véronique perdue depuis tant d'années ...

     

     

    - Naissances et renaissances dans la rocaille -

     

    Voyez comme elle redresse fièrement la tête !

    Elle sort d'une crevasse du sol comme un nouveau-né sort de la vulve de sa mère.

    Et voyez encore comme la nature nous offre mille nourritures plus douces les unes que les autres, dans le coin gauche de cette photo, deux autres plantes comestibles :

    une capucine tubéreuse qui fabrique dans le sol des tubérosités de la taille de petites noix... délices d'automne et d'hiver....

    et on aperçoit aussi des petites feuilles de pourpier sauvage, lequel a envahi toutes mes îles jardins, pour mon plus grand bonheur ! Ce pourpier prolifère là où je lui donne toute la place et l'arrose, voyez :

     

     

    - Naissances et renaissances dans la rocaille -

     

    et ses petites feuilles mucilagineuses sont un délice pour notre tube digestif

    et une des meilleures protections contre... bien des misères !

     

    - Naissances et renaissances dans la rocaille -

     

     

    Oh je vais bichonner cette  "véronique des ruisseaux".

    Le limbe de ses feuilles est moins épais que le limbe des feuilles du pourpier, mais l'est cependant un peu, ce qui donne un peu à toutes les deux une allure de plantes grasses (c'est particulièrement évident pour le pourpier) et ce pour la même raison que je vous expliquerai peut-être un jour. La consommation de ces deux plantes (dites sauvages !) est toute aussi bénéfique, de l'une comme de l'autre... et contribue à réaliser (par exemple) une réelle prévention du cancer du côlon (ce que ne réalise évidemment pas le dépistage !).

    Je vous remontrerai cette véronique quand elle aura prospéré et fleuri. 

     

    Une autre plante avait fait son apparition dans la rocaille voici une dizaine de jours : un minuscule pied de Pantoufle du Petit Jésus. Là ce n'est pas une plante disparue, car elle émaille chaque été les herbes du terrain de ces petites fleurs jaune d'or.  

    Mais je voulais l'introduire dans la rocaille.

    Et bien elle s'est débrouillée toute seule pour y grimper. Et comme elle n'y est pas étouffée par la densité des herbes, en seulement ces quelques jours, elle s'étale voluptueusement.

     

    - Naissances et renaissances dans la rocaille -

     

     

     

    Ah si je ne me freinais pas, je vous parlerais des heures de toutes nos amies les plantes.

    Par exemple pour vous parler des vertus sédatives du lotus, comparables à celles de la passiflore, ce qui est bien utile dans les insomnies, et de son étonnant pouvoir anti dépressif, comparable lui à l'action du millepertuis ou de la gentiane, deux autres plantes à fleurs jaunes (très riches en flavonoïdes).

     

    En ce moment beaucoup de tomates viennent à maturité. 

    L'année 2017 semble leur être particulièrement favorable.

    La croissance des pieds de tomates-cerises est spectaculaire.

    Comme je ne les ai pas taillés, ils forment de véritables buissons

    dans les frondaisons desquels se cachent une multitude de grappes

     

     

    - Naissances et renaissances dans la rocaille -

     

     

     

    Mais je dois bien m'arrêter.

     

    Alors je vous souhaite une bonne semaine.

     

     

    ***

     

     

     


  • Commentaires

    27
    Jeudi 3 Août à 18:51

    Ernest Grenier, je l'ai  peu connu .Mais dans mon école  , sa flore faisait référence .

    J'espère vraiment en retrouver une chez quelque bouquiniste auvergnat vendant des livres anciens . Mais je la cherche depuis un moment  .

    Le livre de cet enseignant botaniste , frère des écoles chrétiennes avait sa place dans les écoles publiques .

    C'est super d'avoir eu ce monsieur comme ami .

      • Aln03
        Jeudi 3 Août à 22:43
        C est merveilleux d avoir ėté l'ami d un tel homme.
      • Aln03
        Jeudi 3 Août à 22:41
        Un grand monsieur!
      • Jeudi 3 Août à 20:04
        khaz

         Éditer

        - Réponse   à   - ALN 03 -  --

        Cet homme était d'une modestie infinie. 

        Il avait pour toute ressource sa minuscule paie d'enseignant et ne possédait qu'une mobylette. Imagine sa joie quand je venais l'été ! Nous faisions des expéditions un peu partout dans le massif auvergnat. J'avais alors une DS 21.

        Il adorait me poser des énigmes en me présentant des plantes que je ne connaissais pas. Il s'est bien amusé en me faisant découvrir le cornichon d'âne... ( Ecballium elaterium) .C'était aussi un blagueur !

    26
    Danielle
    Mercredi 2 Août à 17:46

    Merci pinson pour ces précisions, oui je vois très bien à présent de quelle plante il s'agit, mais je retiendrai le nom de "lotier" c'est plus facile pour désigner ces toutes petites fleurs si gracieuses. Bonne fin de journée, surveille les belles de nuit quand le soleil décline !!! Danielle

      • Mercredi 2 Août à 19:30

        - Réponse   à   - Danielle -  --

        Lotier est en effet la meilleure façon de nommer cette plante

        ainsi pas de confusion. 

    25
    Danielle
    Mardi 1er Août à 23:25

    Malgré l'heure tardive le sommeil me fuit et je viens relire ton article avant d'éteindre l'ordi... et là je constate que tu as changé une partie du texte initial. mais voilà tu parles des vertus sédatives du lotus (ah j'en aurais bien besoin !) comparables à l'action de la passiflore. C'est vrai que c'est difficile de développer ces points mais ces nouveaux éléments m'intéressent beaucoup et ça crée une petite confusion en moi ce changement inattendu, tu parles du nénuphar ? du nymphéa ? (ça me rappelle les Nymphéas de Monet à Giverny...) Bon, je crois qu'il est préférable que j'aille au lit... tout sera peut-être plus clair demain, quelque chose doit m'échapper certainement. Bonsoir pinson, bonne nuit. Danielle

      • Mercredi 2 Août à 12:27

        - Réponse   à   - Danielle -  --

        Oh pardon ! En effet j'ai fait 2 modifications du texte, mais un peu trop vite, et je n'ai pas réalisé que le mot de "Lotus" prête à confusion. Il ne s'agit évidemment pas du célèbre nénuphar !

        " Pantoufle du petit Jésus " est un nom populaire et assez poétique, mais ce n'est pas le nom botanique évidemment. Les botanistes appellent cette plante le " Lotus corniculé ", et on le désigne souvent par "lotus", ou "lotier". 

        Merci de ta vigilance qui me permet de repérer mes imprécisions.

        Je passe aux comm sur le nouvel article.

         

    24
    Mardi 1er Août à 18:28

    Bonjour pinson,

    Que de jolies fleurs chez toi et la Véronique qui resurgit. Comme quoi, rien ne meurt vraiment. Latin ou français la Belle de Nuit porte un très joli nom. Quel plaisir de te lire même si dans quelques jours j'aurai oublié mais c'est toujours très intéressant.

    Et bien tes tomates cerise sont magnifiques. Moi, je n'en ai que deux p'tites tomates sur une grappe dont une mûre et d'autres variété qui en ont quelques unes; mais ça n'est pas ça. Cette année, elles ne sont pas très énergiques mes p'tites tomates. Pourtant, les pieds poussent et fleurissent bien mais... peut-être vont elles partir d'un coup. Pourtant elles ne manquent pas soleil lorsqu'il est là. 

    Merci pinson pour tous tes articles passionnants et tes belles photographies qui me font me promener dans ton jardin.

    Bonne fin de journée et bise à toi pinson. 

      • Mardi 1er Août à 19:28

        - Réponse   à   - Mari jo 21 -  --

        Bonsoir Mari jo. Cette petite véronique est vraiment minuscule. Il me semble la voir grandir un peu, mais... attendons. Je ne sais si elle va fleurir cette année, mais comme toutes les véroniques elle a une fleur toute petite. Je me régale surtout en pensant aux bonnes salades que je vais me préparer, et à mes ouvriers ! 

        Les tomates, j'en suis envahi : je n'en avais jamais eu autant, et surtout si tôt. C'est curieux que tes tomates cerises soient si maigrichonnes. Ici, bien que bien plus au nord que toi, elles sont croulantes sous les grappes, et je ne suis pas seul à me régaler, des oiseaux (je suppose, je ne les ai pas vu) se servent aussi et en font tomber pas mal. A moins que ce soit des lérots.

        Bonne soirée et bonne semaine, Mari jo.

    23
    lenez o vent
    Mardi 1er Août à 13:40

    correction : fascinantes smile

     

      • Mardi 1er Août à 19:17

        - Réponse   à   - lenez o vent -  --

        Bien sûr, mais on peut oublier une lettre tout de même !

        Bonne soirée.

    22
    lenez o vent
    Mardi 1er Août à 10:10

    que tu es enrichissant !!!!

    ces belles de jour des fleurs fasinantes

     

    les tomates cerise  rendent beaucoup et c'est ddélicieux

     

    Merci pour tout

    Bonne journée

    Bisous courageux Pinson

      • Mardi 1er Août à 15:29

        - Réponse   à   - lenez o vent -  --

        Fleurs et fruits sont les sourire de l'été ! 

        Et les tomates cerises sont vraiment comme  des petits fruits qu'il est  bien tentant de gober dès le jardin.

        Bonne apm.

    21
    Fan
    Lundi 31 Juillet à 18:10

    ... merci Kasimir, pour cette balade. Comme-toi, j'adore toutes les petites plantes, fleurs discret et découvre tellement, ainsi. J'ai pris des  "Samenkapseln" (ne sais pas leurs noms) de fleurs roses dans mon champ sauvages, quand on ouvres leurs petites bourses il y a une deuxième qui protège encore les grains. Des petites miracles. Hier j'ai était dans une clairière d'hêtres, ces arbres magnifiques au robes tachetés et parfois plein de mousse, les pieds ressemblent à des pieds d'éléphants, comme dit Peter Wolleben dans son livre. Depuis que je le lis, je n'ose pas détaché un morceaux d'écorce, mais j'admire leurs porte de têtes, majestueux!

    Belle soirée à toi!

     

      • Lundi 31 Juillet à 20:03

        - Réponse   à   - FAN -  --

        Ah tu me poses une énigme, FAN  !

        Quelle peut bien être cette fleur : " Samenkalpsen " ? 

        Aucune idée.

        Les hêtres ... de majestueux pieds d'éléphant , c'est vrai. Une forêt de hêtres est une hêtraie. C'est une splendeur, je suis d'accord avec toi.

        Bonne semaine FAN.

    20
    héléne
    Lundi 31 Juillet à 15:55

    La découverte de la petite Véronique m'a séduite. Et puis toutes ces petites plantes dont on ne connait pas le nom faute d'avoir  un livre sur la botaniqueTu es donc notre botaniste trés précieux pour es ignorants que nous sommes. Merci eet amitiés. (Je  ne publierai qu'1 fois...pas 3 comme toi sur ma note!!

      • Lundi 31 Juillet à 19:57

        - Réponse   à   - Hélène -  --

        Oh je suis loin de connaître toutes les plantes, à peine une très petite part. 

        Pour ce qui est des comm qui chez toi se dupliquent, fais moi l'honneur, STP, de penser que je n'y suis pour rien ! Je n'en connais pas plus que toi la raison. Le mieux serait que tu supprimes les comm excédentaires : tu peux le faire d'un seul clic.

    19
    Simone
    Lundi 31 Juillet à 14:37

    Si tu continuais sans t'arrêter cela ne me gênerait pas, car je t'écouterais sans m'arrêter.

    Laisse-la vivre sa vie nocturne la belle de nuit. Mais quand même, ne serait-elle pas un brin gourgandine sur les bords ? 

      • Lundi 31 Juillet à 19:51

        - Réponse   à   - Simone -  --

        Oh ta déclaration me touche en plein coeur !!!!

        Je viens d'aller voir la Belle de nuit, juste après le coucher du soleil, et elle est fleurie ! Il ne sera donc pas nécessaire que je me relève. Est-elle visitée par des papillons nocturnes ? Ou autres amants noctambules ? D'accord, je ne chercherai pas à savoir, je vais être discret et respectueux de sa vie privée !!!

    18
    Lundi 31 Juillet à 08:59

    merci pour cette belle leçon de botanique

    bravo pour les tomates

    véronique des ruisseaux ici

    http://www.florealpes.com/fiche_veroniquecresson.php

    je suis preneur de la flore d'Ernest Grenier si tu sais où je peux la trouver

    bonne journée et récoltes

      • Lundi 31 Juillet à 11:09

        je n'ai rien contre les dessins à la plume

        j'ai déjà un peu cherché mais pas encore trouvé

         

      • Lundi 31 Juillet à 10:47

        - Réponse   à   - LMPT 73 -  --

        La flore des plantes d'Auvergne est certainement épuisée depuis longtemps. Quand il l'a éditée, il m'en a donné un exemplaire, mais je l'ai plus tard offert à mon fils JL car il est passionné d'Auvergne. 

        Peut-on en trouver une d'occasion ? C'est peut-être possible. Mais je te précise qu'elle ne comporte aucune photo, seulement des dessins à la plume !

        Bonne semaine Dominique.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    17
    Danielle
    Lundi 31 Juillet à 08:53

    Bonjour pinson heureux, c'est vraiment trop drôle : hier soir j'allume l'ordi, surprise de voir ton article je fais une réponse immédiate, pleine de joie de voir que les belles de nuit sétoises fleurissent chez toi, bien que surprise par ta conclusion un peu brève je n'ai pas remarqué l'heure de parution de l'article qui n'était pas fini. Oui c'est le cas de le dire, je l'ai intercepté au vol... c'est normal pour une mouette et un pinson yes. Je t'imagine assez bien avec ton ami et professeur Ernest Grenier dans vos fréquentes expéditions dont tu as conservé tant de souvenirs et partagé les découvertes. La réapparition de la Véronique tant d'années après et assez surprenante, tu as du la transporter avec la terre de l'étang, c'est la preuve que les plantes peuvent sommeiller des années mais ne meurent pas tout à fait, ça fait rêver ! Tu vois elle se montre tout près des Belles de nuit méditerranéennes, le renouveau de ton jardin, la renaissance ! Le pourpier sauvage est superbe, de bonnes et bénéfiques salades en perspective pour un pinson gourmand. Tes tomates-cerises sont... somptueuses, je n'avais jamais vu des grappes aussi fournies et comme leur feuillage est vigoureux et sain. Cette dernière photo est magnifique ! Bonne journée pinson dans ton jardin qui t'offre la récompense de tant d'efforts et de soins. Danielle

      • Lundi 31 Juillet à 10:39

        - Réponse   à   - Danielle -  --

        Bonjour mouette. C'est certainement ce qui s'est produit : des graines ont dû rester en sommeil dans la vase de l'étang et celle-ci étant utilisée dans la rocaille, les conditions favorables furent réalisées pour un retour à la vie active. Cette survie par la semence est assez stupéfiante (pour certains plantes).

        La belle de nuit sétoise a une croissance assez curieuse : les semences ont été très longues à germer (je croyais avoir complètement raté le semis), puis les plantules très lentes à grandir. Mais maintenant elle affiche une vitalité impressionnante ! On dirait qu'un temps d'adaptation lui a été nécessaire. C'est une aventure à suivre ...

        Les tomates ? Ah oui, cette année s'annonce très bonne. 

        Bonne semaine Danielle.

         

    16
    Danielle
    Dimanche 30 Juillet à 20:05

    Bonsoir pinson, j'allume l'ordi et surprise... un article nouveau ! Alors très vite : oui ce sont des belles de nuit mais pas besoin de sortir la nuit pour les contempler, il suffit que le soleil décline, que sa clarté n'éclaire pas directement la plante et les fleurs s'ouvrent, tu verras comme elles sont belles, enfin c'est mon avis. Tu devrais en avoir de plusieurs couleurs, parfois sur un même pied : leur teinte peut être unie ou bicolore, se déclinant entre le rouge foncé, rouge et blanc, orangé, rose, jaune ! Vite, je suis pressée, à demain pinson, je te souhaite une très bonne soirée. Danielle

      • Lundi 31 Juillet à 00:48

        - Réponse   à   - Danielle -  --

        Alors là tu as, Danielle, battu tous les records car j'ai par accident publié cet article alors qu'il était tout juste commencé ! Et tu l'as en quelque sorte saisi au vol. 

        Je suis rassuré en apprenant que cette plante  fleurit en fait en fin de journée : pas besoin de se lever la nuit comme pour les étoiles filantes !

        Il ne te reste plus qu'à relire la totalité de l'article.

        Bonne semaine.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :